Si vous n’osez pas (encore) le tattoo, essayez nos ceintures Loop Me !

Autrefois, les tatouages n’avaient pas bonne presse. Ils étaient réservés aux « bad boys », au « bikers », aux « punks », bref aux populations jugées en marge. Mais, ça, c’était avant. Aujourd’hui, qu’on le voile ou qu’on le dévoile, le tatouage est bel et bien devenu un « accessoire » de mode à part entière. Un accessoire un peu particulier puisqu’il colle à la peau, au sens propre.
A l’origine, le tatouage est un dessin corporel. D’ailleurs, le mot de tatouage viendrait du tahitien « Tattoow » -signifiant dessiner, marquer, frapper- et aurait été rapporté par le navigateur James Cook dans ses notes de voyages, à la fin du XVIII ème siècle.
Mais ces dessins n’ont pas vocation à être juste esthétiques. Ils véhiculent toujours un message personnel : religieux, spirituel, amoureux...Il en existe de toutes les sortes : plutôt discrets ou au contraire exubérants, monochromes ou chatoyants de couleurs. Mais leur point commun est de systématiquement renvoyer à quelque chose d’intime. Beaucoup plus efficaces que bien des discours ou des clichés, ils sont comme un livre d’images racontant un pan de l’histoire de celui ou celle qui le porte.
Dans cet article, nous vous dirons tout, tout, tout sur le tattoo ! Un rite ancestral, pratiqué depuis la nuit des temps et devenu de nos jours une quasi marque de fabrique.
Et nous vous expliquerons aussi -si étonnant que celui puisse paraitre- comment notre marque a « puisé » dans l’univers du tatouage, ou disons plutôt, quels sont les points communs entre un tatouage et une ceinture Loop Me. Comment choisir, entretenir puis même aussi, un jour, faire disparaitre son tatouage ou sa ceinture Loop Me, vous verrez, la réflexion sur nos deux univers présente bien des similitudes...

Le tatouage, véritable phénomène d’une société, qui en dit long sur nous...

Faisons d’abord un zoom sur un événement, en apparence anodin, mais qui en dit long sur le phénomène tatouage. En septembre 2019, avait lieu au Bon Marché à Paris, une enseigne connue pour être le temple parisien du luxe et de l’élégance à la française, l’exposition « So Punk Rive Gauche », menée par le collectif de L’Encrerie. Les clients de cette noble institution étaient invités, en toute simplicité, à se piquer au jeu du tatouage et à se faire encrer sur la peau pin-ups hollywoodiennes, chardons stylisés à la façon de Gustave Doré ou citations inspirantes dans des écritures sophistiquées. Un coup osé ? Une provocation ? Un geste kamikaze pour l’équipe de direction du magasin, qui aurait peu sauter après cela ? Que nenni ! Une démarche au contraire visionnaire et 100% dans l’ère du temps, digne d’une enseigne qui se veut à l’avant-garde des tendances et toujours connectée avec les attentes d’une clientèle exigeante.
Car oui, aujourd’hui, les tatouages ont perdu leur réputation sulfureuse. Interviewé dans le magazine Gala, Tin-Tin, qualifié de «tatoueur préféré des stars », compte à son actif une myriade de personnalités. Des célébrités françaises comme Jean-Hugues Anglade, Florent Pagny, Maïtena Biraben, Clémentine Célarié, Jean-Paul Gaultier ; mais aussi des stars américaines comme Jay-Z et Beyoncé (cette dernière ira jusqu’au projeter sur scène une vidéo de sa séance de tatouage lors de son concert au Stade de France ! ) ou encore des mannequins lors de défilés ou de shootings de marques. Ainsi, il eut la mission d’habiller la sublime mannequin Eva Herzigova d’un tatouage éphémère pour le tournage d’une publicité Givenchy. Selon Tin-Tin, le tatouage s’est totalement démocratisé : « Flics, juges, politiques...même Nicolas Sarkozy...(en ont) », croit savoir l’artiste...
Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à regarder quelques chiffres (communiqués dans une étude IFOP réalisée en partenariat avec le SNAT, Syndicat National des Artistes Tatoueurs). En 2017, 14% des Français portaient un tatouage, avec une plus forte proportion encore chez les femmes (17%) ou les jeunes (27% des moins de 35 ans). Et dix ans après sa première édition, le salon « Le Mondial du Tatouage », qui se tient chaque année à la Grande Halle de La Villette à Paris et dont l’un des principaux organisateurs n’est autre que Tin-Tin, accueille désormais 30.0000 visiteurs, aux profils très variés, témoignant de la « banalisation » de cette pratique.
C’est aujourd’hui un fait avéré : le nombre de tatoués -et par voie de conséquence celui des salons de tatouage- ne cesse d’augmenter, et certains tatoueurs sont devenus -au même titre que des « hair stylists » ou des « make up artists » de vraies stars sur la toile et sur les réseaux sociaux. Tin-tin va jusqu’à dire : « Nous étions 40 dans les années 80 et sommes des milliers et des milliers aujourd’hui. Il y a désormais presqu’autant de tatoueurs que de boulangers ! ».
Dans "100 000 ans de beauté », aux éditions Gallimard en partenariat avec L’Oréal, des centaines de spécialistes renommés : auteurs, anthropologues, archéologues, critiques d'art, historiens, médecins, ont fait le constat que la quête de beauté obsède l'espèce humaine depuis plus de cent mille ans et que le corps humain est son médium privilégié. Modelage du corps et définitions de canons, soins et applications de couleurs, coiffures et ornements, nudité et vêtements, l'extravagante variété de ces signes forme un langage qui dit l'appartenance culturelle, le genre, l'époque, l'âge et le statut social. Alors dans cet ouvrage époustouflant, la question du tatouage est bien évidemment abordée.
Et c’est l’anthropologue David Le Breton qui explique : « Le tatouage est devenu un accessoire de beauté, un renouvellement du bijou, une parure contribuant à la mise en scène de soi. Dans un monde d’images, il faut se faire image ».
Alors évidemment, chez Loop Me, le tatouage comme moyen d’expression, cela nous a intéressés. Car nous aussi, au travers de notre collection de ceintures en silicone colorée, déclinées en de multiples coloris allant des tons les plus classiques aux teintes les plus éclatantes, tout en passant par la case des pastels, nous pensons qu’il y a un réel désir, et une réelle démarche pour exprimer un peu de soi au travers de son apparence physique. Et nous aussi nous croyons que travailler son look, son allure, par le graphisme et les couleurs, d’une manière personnalisée, c’est infiniment plus intéressant que reproduire en troupeau les looks commercialisés par les enseignes de masse, à grands renforts d’impression de logos.
De la même manière que le tatoueur vous propose en quelques traits de couleurs d’exprimer sur votre peau un peu de votre personnalité, chez Loop Me nous allons vous proposer de signer d’un seul trait votre look. Nos ceintures sont entièrement personnalisables, et en assemblant à votre guise une sangle, une boucle et des passants, vous pourrez véritablement créer un accessoire de mode qui vous ressemble et qui dira un peu de vous, de vos goûts, de votre personnalité. Et la ceinture, encore plus que le tatouage, reste un accessoire de mode « main stream » puisque d’après l’étude de marché que nous avons menée auprès de 600 personnes, 8 personnes sur 10 ont déclaré porter une ceinture tous les jours ou presque.

De nombreuses stars populaires ont contribué à démocratiser le tatouage auprès du Grand Public

Ainsi difficile de résister au charme de David Beckham, ancienne vedette du ballon rond reconverti en icône glamour planétaire. Avec avec son corps parfait couvert d’une vingtaine de tatouages au bas mot (vous comprendrez aisément qu’un inventaire exhaustif n’est guère possible...), il en aura fait -et continuera de faire- tourner des têtes !
« Chacun exprime ses sentiments à sa façon. Moi, c’est à travers mes tatouages », a-t-il un jour déclaré lors d’une interview.
Ses tatouages lui ont aussi permis de casser l’image trop lisse et trop surfaite qu’on tentait de leur coller à la peau, à sa femme et lui, avec leur famille de quatre enfants modèles, au deux sens du terme (puisque les enfants aussi sont entrés activement dans le monde de la mode et du mannequinat, comme on entre en religion).
Cette famille, il l’avoue facilement, constitue aujourd'hui son centre de gravité. De nombreux tatouages lui sont d’ailleurs dédiés. L’un des derniers en date étant un personnage du dessin animé « Les Minions » qu’affectionne sa petite dernière, sa seule fille du reste, la jolie Harper. Tandis que ses trois fils sont, eux, représentés par trois chérubins. Sinon, il a aussi choisi de représenter le foot, qui fit de lui la star mondiale qu’il est aujourd’hui : le touage d’un Templier en manteau et portant une croix rouge symbolise la discipline et le sens de l’effort, valeurs qu’en qualité de capitaine, il insuffla avec succès à ses coéquipiers.
Nous pourrions aussi parler ici de sa célèbre compatriote British, Amy Winehouse, cette météorite qui bouleversa notre quotidien avec sa voix envoûtante avant de partir trop vite, emportée à l’âge de 27 ans par ses excès. Amy Winehouse n’est pas une chanteuse de télé-crochet. C’est une immense interprète maintes fois récompensée, un esprit libre comme le dit l’oiseau tatoué sur sa peau et accompagné de ce message en guise d’épitaphe : « On en me coupera jamais les ailes ». Amy nous a quittés mais sa musique, elle, est éternelle. Sur son corps, pas loin de 12 tatouages, représentant tous un rêve, une passion de la chanteuse. Comme cette Betty Loop tatouée au ras des fesses à l’âge de 15 ans, ou encore le portrait de Blake Fiedler-Civil (son mari) gravé sur son sein gauche.
Aujourd’hui, nombreuses sont les stars qui ont adopté le langage tatouage. Et parmi celles-ci, on ne compte pas que des rock stars ! Le saviez-vous, mais la très chic actrice française Catherine Deneuve, par exemple, en possède deux. Pourtant elle confie détester les tatouages sur les hommes : "Je trouve certains tatouages immondes sur les hommes, qui montrent leurs mollets tatoués en short l’été ». Pourtant, malgré cette aversion, la star du cinéma français a déclaré en avoir deux sur le corps. "Le premier date d'il y a longtemps, a-t-elle raconté, il est dans le cou, caché par mes cheveux. Sur le pied, c'est plus récent. J'ai toujours aimé ça". Deux signes tribaux polynésiens dont nous ne sommes pas parvenus à savoir ce qu’ils signifient vraiment. Mais peu importe le message, ce qui plait à l’intéressée est ailleurs. "C'est particulier, a-t-elle avancé, c'est comme un signe [...] Une envie d'être différent. C'est assez érotique ». Le mot est donné, une sorte de signature, unique, empreinte de mystère, et surtout au pouvoir de séduction reconnu...
Ce qui est amusant et assez caractéristique du choc des générations en matière de tatouage ? La mère de Catherine Deneuve n'apprécie toujours pas ceux de sa fille. "Encore aujourd'hui, à mon âge, ma mère me dit : 'Ma petite fille, tu n'es pas raisonnable... Tu fumes trop. Tu portes des tatouages...’ », s'amuse l’actrice.
Aujourd’hui, les stars de ce monde osent le tatouage et surtout osent le montrer. Sur les tapis rouges, les robes sont fendues, échancrées, décolletées et les dessins se montrent. Et les marques et les publicitaires ont vite compris le pouvoir de séduction qu’ils pouvaient opérer sur leur clientèles. Ainsi Guerlain a choisi, comme égérie de son parfum « Mon Guerlain », l’actrice américaine Angelina Jolie. Qui se trouve être, sans doute, l’une des actrices les plus tatouées d’Hollywood.
Sur son corps, on trouve pêle-mêle des clins d’œil à ses enfants, des mantras philosophiques, des déclarations d’amour... Chaque tatouage a une signification bien particulière. Un fait qui intrigue très souvent les médias : « C’est de l’art corporel. Je ne pense pas qu’il soit anormal pour une personne qui passe sa vie dans la peau des autres de vouloir marquer son appartenance à sa propre peau en inscrivant dessus des choses qui l’ont marquée. » a-t-elle expliqué à Post-Modern Ink, un magazine spécialisé dans l’art du tatouage. Ainsi, bien mis en avant dans la publicité pour « Mon Guerlain », on distingue nettement sur son bras gauche une série de six coordonnées géographiques, correspondant aux lieux de naissance de ses enfants, et sur son omoplate gauche, une prière bouddhiste en khmer pour son fils Maddox : « que tes ennemis fuient loin de toi. Que les biens que tu acquières soient tiens à jamais (...) ».
Alors le tatouage serait-il la seule forme pour exprimer sa tendresse, ses passions, ses amours ? Ou existent-ils d’autres formes?
Chez Loop Me, nous pensons que la ceinture peut relever de la même philosophie. Une ceinture est un accessoire de mode relativement banal. Et en même temps très engageant. Il se voit, il n’est pas comme un sous-vêtement ou une paire de chaussettes. Et plus encore, la ceinture vient structurer la silhouette : portée à la taille ou sur les hanches, très serrée ou plus lâche, elle vient souligner et mettre en avant le corps. Bien ajustée, bien portée, la ceinture viendra magnifier une courbe, ou au contraire casser une morphologie peut-être trop longiligne. Et le choix de sa couleur ne sera pas anodin non plus. Une ceinture ton sur ton ne dira pas la même chose qu’une ceinture qui tranche ou même qu’une ceinture qui dénote. Dans un précédent article, nous nous étions penchés sur l’incroyable collection de chapeaux de la reine d’Angleterre. Et sur le pouvoir médiatique que peut représenter, par exemple, dans le contexte du Brexit, un chapeau bleu orné de fleurs jaunes. La ceinture sur une tenue peut jouer le même rôle. Ceinture noire pour le deuil ou l’opposition, ceinture rose pour le soutien à la cause des femmes, ceinture rouge pour la passion et l’amour, ceinture verte pour le climat...Autant de couleurs que de ceintures à message. Et pour le coup, en cas de regret ... point besoin de laser.

Le tattoo à la vie à la mort, n’est-ce point un brin risqué ?

L’exemple d’Angelina Jolie est un bon exemple. Lors de son mariage avec l’acteur Billy Bob Thornton, la belle brune se fit encrer son nom sur son bras gauche, accompagné d’un dragon tribal . Un tatouage aussitôt retiré au laser après son divorce et remplacé par un autre.
Le tatouage amoureux reste malgré tout un tatouage à haut risque et bon nombre de stars en ont fait les frais. A commencer par Brad Pitt, qui se fit tatouer pour plaire à sa belle, Angelina Jolie ; Eva Longoria qui marqua sur son poignet la date de son mariage avec Tony Parker en chiffres romains, ce qui ne l’empêcha guère de divorcer peu après ; Katty Perry et Russell Brand qui optèrent pour une phrase en sanscrit signifiant « Laisse toi aller... », un mantra qui les mena directement à la case divorce ; ou encore Britney Spears et son ex-mari Kevin Ferdeline, qui se firent tatouer chacun une paire de dés, rouges pour elle, bleus pour lui, sorte d’alliances nouvelle génération . Autant de signes immortels d’un amour lui mortel et qui débouchèrent sur de longues et douloureuses séances de laser pour faire disparaître les traces de ces amours déchus...
Car en effet, s’il est vrai que l’on peut en partie effacer un tatouage, ce n’est pas non plus chose aisée. « Retirer les pigments prend du temps, peut faire mal et surtout, coûte très cher », explique Mikael de Poissy, un tatoueur français mondialement reconnu pour son style « vitrail » (NB : il habille le corps de ses clients avec des scènes médiévales colorées et parfois surréalistes). « D’où la nécessité de mûrement réfléchir son tatouage avant de franchir le pas ».
Alors, certes, il y a comme alternative les tatouages dits éphémères. Il en existe de toutes les formes et de toutes les couleurs, avec une tenue plus ou moins longue. Les « bijoux de peau » ou « tampons encreurs » habillent une cheville, un décolleté ou le creux de l’oreille le temps d’une soirée. La technique au « pochoir », avec la vaporisation d’une encre (testée dermatologiquement et spécifiquement formulée) sur la peau, peut durer quant à elle, une quinzaine de jours. Les marques cosmétiques ont elles aussi essayé d’investir le créneau avec du maquillage longue tenue, comme par exemple l’eye-liner liquide « Tattoo Liner » de Maybelline. Toutefois, cela reste de l’éphémère, avec une offre standardisée. On s’éloigne donc un peu de la démarche « signature » si prisée des adeptes du tatouage...
Chez Loop Me, nous sommes passionnés par ces tendances. Par ces réflexions sur le corps comme terrain d’expression de soi. Sur le corps oeuvre d’art en quelque sorte. Et dans notre démarche, il y avait aussi certainement un peu, beaucoup même, de cela.
Dans l’un de nos posts Instagram, nous citions Grand Corps Malade : « Ma vie, c’est moi qui vais la peindre, alors je vais y mettre le feu en ajoutant plein de couleurs ». La couleur en tant que telle nous semble déjà un outil suffisant pour signer son look, et passer des messages. Dans une tenue vestimentaire, le choix des couleurs et des détails en couleur n’est pas anodin. La couleur véhicule -tout comme le dessin d’un tatouage- un message fort. Il y a les couleurs qui disent « je t’aime », « je suis fort », « je suis différent », ou encore « je n’ai pas besoin de me faire remarquer ». Il y a aussi des duos de couleurs, le blanc et le noir du Ying et du Yang, le rose et le bleu pour le couple dans sa version la plus « genrée », le rouge et le noir pour la passion dans tous ses états. On peut aussi imaginer les couleurs militantes (nous leur avons d’ailleurs consacré plusieurs articles de blog), comme le vert, le rose, le rouge, le violet...
Chez Loop Me, c’est donc dans ce sens que nous avons imaginé notre marque de ceintures colorées. Vous laisser choisir vous-mêmes votre sangle, votre boucle et vos passants, vous laisser décider de la combinaison des couleurs, vous autoriser à être le designer de votre ceinture personnalisée, et vous permettre d’afficher vos humeurs et votre état d’esprit sans avoir recours aux mots, telle est notre souhait. Nos ceintures présentent l’avantage de ne pas être éphémères : fabriquées en silicone (un matériau d’une résistance inouïe), elles dureront des années ; sans pour autant être définitives : sangles, boucles et passants sont amovibles et vendus à l’unité. Vous vous êtes lassés de la couleur de la sangle, ou de la forme de votre boucle ? Pas besoin de laser, de temps, ni d’argent, pas besoin de souffrir non plus. Achetez juste la pièce à changer et en un tour de main, effacez cette couleur que vous ne pouvez plus voir et prenez en une autre. La vie en Loop Me, c’est aussi simple que cela !

Quid des mini Tattoos, ces petits tatouages tout discrets ?

Aujourd’hui le must chez les Millenials, ce sont les « underboobs tattoos » (réalisés entre les seins) et les « fingers tattoos » (sur les phallanges). Ils ont le mérite d’être rapides à réaliser, et plus accessibles en termes de prix que des tatouages classiques.
Une icône qui illustre parfaitement cette tendance est Kendall Jenner. L’héritière du clan Kardashian a un penchant pour les petits tatouages savamment dissimulés sur son corps, une façon de s’adonner aux plaisirs du tatouage en toute discrétion. Le premier tatouage de Kendall date de juin 2015. Situé sur le majeur de sa main droite, fait à l’encre blanche, un point blanc censé représenter un cœur et symboliser un ange. Deux mois après cette première expérience, Kendall Jenner choisit - en binôme avec son amie Hailey Baldwin- d’habiller son autre main d’un petit cœur brisé, toujours à l’encre blanche, symbolisant cette fois-ci son côté obscur et contrebalançant ainsi son petit ange. Enfin, le mot « meow » (un miaulement), tatoué à l’encre noire sur la face intérieure de sa lèvre inférieure, constitue la dernière folie de la jeune femme. Cette fois-ci, aucune signification particulière, la starlette voulait tout simplement pouvoir dire qu’elle a « un tatouage sur son visage »...
Le tatoueur des stars à New York, artiste à qui l’on doit les tatouages de Kendall Jenner mais aussi de Kaia Gerber (la fille de Cindy Crawford), de Bella Hadid et tant d’autres encore : Jon-Boy, met toutefois en garde. Ces tout petits tatouages, à la fois épurés et graphiques, ne tiennent pas longtemps. Notamment parce que les zones qui les accueillent - comme les mains- sont en contact permanent avec l’air, l’eau et se régénèrent donc constamment. Les pigments fusent donc plus rapidement sous la peau, entrainant un effacement et surtout une déformation des inscriptions, qui deviennent alors rapidement « illisibles »...
Ce qui nous semble intéressant toutefois dans ce phénomène de mini tatouages, c’est l’envie à la fois d’y aller et de ne pas y aller. Comme un nageur au bord de la piscine , qui aurait à la fois très envie de plonger dans l’eau bleutée tout en la trouvant trop froide pour y aller, et qui reste ainsi des heures assis sur le bord du bassin, ne laissant tremper que ses mollets...
Notre proposition de ceintures en silicone colorée, c’est un peu une réponse à ces hésitations. Oui, on a tous envie de signer notre look, notre corps d’un trait graphique, unique, personnalisé, caractérisant. Mais en même temps, on veut se réserver le droit de changer d’avis. Nos ceintures Loop Me répondent à ce besoin : personnalisables à l’infini avec notre large choix de sangles et de passants en silicone, ainsi que de boucles arrondies ou rectangulaires aux finitions multiples, elles vous permettront de vous démarquer, d’apporter la touche de personnalisation que vous attendez à vos tenues, tout en minimisant les risques. Un peu comme un «finger tattoo » en moins cher et en plus solide aussi. Car oui, la ceinture en silicone Loop Me résiste à tout, ou presque : le froid et la chaleur extrêmes, les UV, l’eau -pour ne citer que cela- n’ont pas de prise sur elle. Quand on achète une ceinture en silicone Loop Me, c’est pour la vie !

Le tatouage demande de l’entretien, ce qui n’est pas négligeable

Enfin, on pense souvent que le tatouage est permanent. Et au travers de terme de « permanent » on induit à tort l’idée que : « une fois que c’est fait, c’est fait ». C’est tout de même oublier une donnée clef, qui est que le support de l’oeuvre, c’est la peau, et que notre peau, c’est une matière vivante. Oui, vivante. Qui nécessite donc de l’attention, de la précaution et de l’entretien.
Les tatoués le savent (mais pour autant, appliquent-ils les règles qui vont avec ?), après une séance de tatouage, commence un protocole de cicatrisation. Les premiers jours, il faut commencer par désinfecter régulièrement, à l’eau tiède et avec un antiseptique. Puis ensuite, il faudra appliquer un soin cicatrisant, environ un mois, porter des vêtements amples qui évitent les frottements, éviter évidemment la piscine mais aussi les bains pour éviter une infection... Bref le protocole de cicatrisation n’est pas immédiat et le tatouage ne se fait pas en un claquement de doigts.
Puis dans les mois qui suivront, il faudra éviter l’exposition au soleil pour éviter l’apparition de tâches irréversibles.
Ensuite, et ce pour toute la vie du tatouage, il faudra le protéger en appliquant un écran total car il est photosensible et ses couleurs peuvent virer sous l’action des UV.
Enfin évidemment, pour le tatouage comme pour tout le reste, le risque zéro n’existe pas. Et donc même réalisés par un professionnel appliquant toutes les précautions d’usage, des cas d’allergie plus ou moins graves, des infections bactériennes ou encore des inflammations peuvent survenir. Ainsi le service de dermatologie de l’hôpital Bichat à Paris a récemment créé la première consultation en France destinée aux complications liées aux tatouages.
Ainsi, même si le tatouage s’est démocratisé, même s’il existe aujourd’hui des versions minimalistes de petits tatouages, faire le choix d’un tatouage n’est pas, et ne sera jamais, un acte anodin, dans la mesure où il affecte notre corps. Chez Loop Me, nous allons vous l’avouer, nous n’avons pas de tatouages. Mais c’est un art qui nous intrigue, nous fascine. C’est juste que nous n’avons pas passé le cap, sauté le pas, comme on dit. Pour plein de raisons.
Le fait de proposer une collection de ceintures colorées, personnalisables, qui puissent évoluer au gré de nos humeurs, en changeant en partie mais pas complètement, en mixant sangles, boucles et passants selon nos envies, tantôt dans une couleur, tantôt dans une autre, sans que ces ceintures ne soient pour autant une griffe indélébile « collée » à notre corps, cela nous semblait intéressant. Une ceinture Loop Me vous accompagnera toute la vie de par sa qualité mais seulement quand vous avez envie, et selon nous, cette liberté reste finalement précieuse.
Enfin dernier avantage, quand bien même votre ceinture Loop Me viendrait à être en contact avec votre peau, sachez que la silicone est une matière inallergène, contrairement aux matières plastiques. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle est utilisée dans le domaine médical. Elle est totalement biocompatible, ce qui n’est pas le cas de nombreux autres matériaux.

Signez votre allure avec une ceinture Loop Me !

Le tatouage est une réelle source d’inspiration pour Loop Me.
D’abord c’est un art, et qui dit art dit aussi unique. A chacun sa personnalité, à chacun son tatouage, et le trait du tatoueur n’est guère reproductible en deux exemplaires similaires. Et chez Loop Me, on aime le principe que chaque personne ait un style qui lui est propre.
Ensuite le tatouage est souvent un jeu de couleurs, un jeu d’ombres et de lumières. Même en noir et blanc, on perçoit des nuances, des expressions. Chez Loop Me aussi, on croit aux pouvoirs des couleurs et des nuances. Et nous imaginons volontiers nos ceintures comme des traits de couleurs capables de métamorphoser et sublimer vos tenues.
Enfin le tatouage est un engagement. On donne un peu de soi avec un tatouage, on donne des indices, des pistes, des messages à décrypter sur notre personnalité. Les exemples ci-dessus l’auront bien démontré, on l’espère. Nos ceintures ont la même vocation. On aimerait que chacun de nos #loopers ose afficher ses couleurs, choisir celles qui lui plaisent en dépit des tendances ou des diktats de la mode (ces fameux diktats sur les silhouettes qui peuvent ou ne peuvent pas...).
Enfin le tatouage est une liberté : la liberté de s’exprimer. Alors certes, la grande contrainte du tatouage, c’est qu’une fois « encrée » dans votre peau, il est préférable de ne pas changer d’avis. Car l’effacer ne sera pas si facile que cela. C’est pourquoi, Loop Me vous propose comme terrain d’expression un terrain de jeu plus facile, votre vestiaire. Commencez par colorer vos looks avec nos ceintures personnalisables et colorées en silicone, amusez vous avec nos sangles et nos passants multicolores, et gardez l’option de pouvoir en changer.
N’hésitez plus et rejoignez à votre tour notre communauté de #Loopers !

À composer soi-même selon ses envies

Choisir la taille de sa ceinture

INSCRIVEZ VOUS

Pour être informés du lancement du site

et bénéficiez de l’offre de lancement*

*pour les 100 premiers inscrits

  • Facebook Ceinture Loop Me
  • Instagram Ceinture Loop Me