Portrait de Chantal Dana, une Looper qui décoiffe

Alors tout d’abord qui est Chantal Dana?

Petite biographie rapide, sans nous attarder sur tous les détails de la chronologie mais en pointant juste le doigt sur les petits faits marquants qui font qu’elle a tout pour être une grande Looper.
Son compte Twitter mentionne « une illustratrice la tête dans les étoiles et le nez dans un café, qui a atterri à Lyon il y a une vingtaine d’années »...

Peut- on en savoir plus s’il vous plait ?

Chantal Dana illustratrice

D’abord, Chantal est facétieuse

Dès sa naissance, elle brave l’autorité parentale. Son père, dingue de football, demande juste une chose : avoir la paix le jour de la finale St Etienne / Bayern de Munich. Ce sera donc justement le soir que choisira Chantal pour pointer son nez à la maternité. Cet exemple en dit long sur ce petit bout de femme qui -comme Juliette, la créatrice de Loop Me- culmine à 1.60m et des brouettes (mais ce n’est heureusement pas leur seul point commun).

Chantal Dana dessinatrice

Morale de cette histoire : primo, on peut être petite en taille et grande en force de caractère, cela se vérifie dans tout le parcours de vie de Chantal l’indomptable. Et secundo, Chantal avait tout pour dignement représenter la marque Loop Me, la ceinture qui s’adapte à vos humeurs comme à vos looks -et non l’inverse.

Chantal est une femme libre, qui ne se laisse enfermer dans aucune case

Etudiante, elle passe un bac G filière « techniques administratives » et enchaîne sur une première expérience professionnelle de secrétariat. Mais ce n’est pas son truc, elle préfère son carnet de croquis (qui ne la quitte jamais) aux procédures.

Chantal Dana croquis

Elle fait alors son entrée à l’école des Arts Appliqués Bellecour à Lyon pour devenir Architecte d’Intérieur. Puis elle poursuit sur la voie de l’architecture, toujours à Lyon, avec un autre cycle d’études, cette fois-ci d’Architecte DPLG à l’ENSAL. D’abord employée dans une agence, elle s’installe à son compte de 2006 à 2009. Choisir la vie qui lui convient, c’est ça le truc de Chantal. A elle, on ne raconte pas la messe ; la messe, c’est elle qui l’écrit.
A ce stade du récit, vous pensez tous que notre Chantal nationale a posé ses valises pour s’installer ad vitam aeternam dans cette vie toute tracée d’architecture. Mais ce serait tellement ...trop simple. Et tellement pas Chantal.
Car Chantal vit sa vie avec le cœur et « le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas ». Elle rencontre l’homme de sa vie, avec qui elle embarque deux années pour le Canada et la famille s’agrandit avec l’arrivée de deux petites filles -qui ne sont sûrement pas étrangères à la suite de l’histoire.

Chantal Dana famille

Pour elles, Chantal dessine plein de petits personnages et imagine plein d'histoires toutes plus loufoques les unes que les autres. Professionnelle jusqu’aux bouts des crayons, Chantal complète alors son parcours en suivant une formation à distance dans le domaine de l’illustration Jeunesse et -bingo- publie trois ouvrages en auto-édition sur Internet : « Humeurs de filles » tomes 1 et 2, inspirés de sa propre vie avec ses filles, et « Vie de chat », cette fois ci plutôt inspiré de celle de Prune, son chat.
Vous le voyez, chez Chantal, la vie nourrit le travail et non l’inverse. Ce qui, chez Loop Me, nous va plutôt bien.
Mais l’édition Jeunesse n’est pas le seul fruit germé de son expérience de maman. Suivant encore une fois son intuition, c’est à la vue d’une poussette avec un enfant tenant un doudou -que trop de câlins ont fini par rendre informe (ceux qui savent, savent...)- que Chantal, paisiblement installée à la terrasse d’un café, a encore l’une de ses lumineuses idées qu’elle va s’empresser - comme les autres- de transformer en or. Elle lance une marque de doudous Bio et Made in France, les « Plé Plo ». Ses « Plé Plo » n’ont ni bras ni oreilles, ils ont un design minimaliste pour laisser la part belle à son petit propriétaire, qui sera libre de l’imaginer à sa façon.

Chantal Dana illustration

Chantal vit sa vie comme elle l’entend, au gré des envies en se moquant bien du qu’en dira-t-on...

Allez, les cheveux de Chantal, on en parle? (Chantal, si tu nous lis, tu comprendras qu’on ne pouvait pas parler de toi sans parler, un moment ou l’autre, de tes cheveux). Les cheveux de Chantal sont la preuve irréfutable de son caractère affranchi.
Confessons le : afin de préparer notre première rencontre avec elle, chez Loop Me, nous avions donc fait ce que tout le monde fait de nos jours. La « googliser », à savoir aller farfouiller sur la toile pour voir quelle genre de créature elle pouvait bien être.
Nous n’avons pas été déçus. Autant de photos, autant de coiffures. Bruns, roux, blonds ou encore platines, courts, coiffés ou en pétard, elle a -nous pensons, bien que cela demeure invérifiable d’un point de vue scientifique- tout essayé. Il faut d’ailleurs croire qu’elle finit par « être » les personnages qu’elle dessine, tant les frasques capillaires qu’elle croque, finissent tôt ou tard par atterrir sur sa tête (à moins que ce ne soit l’inverse).
D’ailleurs, ces changements capillaires fréquents ont fini par devenir un jeu, une sorte de jeu du chat et de la souris, ou de « Où est Charlie ». Sur son compte Instagram (#chantaldana_art), Chantal mène sa communauté par le bout du nez, lançant des sondages et des paris sur ses essais capillaires, maintenant le suspens et ne dévoilant son nouveau look qu’à grands coups de devinettes, distillées d’abord dans ses dessins.
Franchement chez Loop Me, cet humour et cette manière de jouer avec soi-même, de concevoir sa propre vie comme une œuvre d’art, usant des couleurs comme ultime moyen d’expression, on valide et même on adore. Et quand on a vu cela, on n’a plus eu qu’une seule envie : mettre entre les mains de notre artiste préférée, aussi vite que possible, nos 17 couleurs de sangles et de passants, nos boucles métalliques et la laisser jouer avec, les essayer, les dessiner, les mettre en scène.
Enfin pour conclure, nous tenons tout de même à recentrer le débat et finir par une note infiniment sérieuse. Fermeture puis réouverture du rideau, changement de décors et d’éclairages, roulements de tambour, la vraie, l’authentique Chantal Dana -celle qu’on ne devine qu’en prenant le temps de discuter avec elle- apparaît peu à peu....
Et Chantal, figurez-vous, ce n’est pas pas juste une bête de scène et c’est tant mieux.

Chantal c’est avant tout une artiste engagée

Engagée pour sa famille, ses amis et sa très chère ville de Lyon : qui sont ses premières muses.

Chantal Dana illustratrice Lyon

Au début, Chantal dessinait pour faire plaisir à ses filles. Et aussi un peu pour se faire plaisir à elle car le dessin, vous le comprendrez vite, elle l’a dans la peau, toujours un Ipad dans le sac à main...
Puis elle a dessiné quelques trucs pour des copines, un faire-part par-ci, une carte postale par-là. Et heureusement que ces amis-là ont eu le génie de la convaincre d’en faire son métier. Et de faire profiter le plus grand nombre de son immense talent.
Car le trait et la patte de Chantal sont uniques et Chantal a une capacité inouïe à sentir et ressentir les gens pour lesquels elle dessine. Ainsi, même si au début nous avons contacté Chantal pour « dessiner pour Loop Me », au fil de nos échanges, nous avons compris qu’elle « dessinait pour nous » ou encore « pour vous », les Loopers. Et ça, ça change tout. C’est cela, ce supplément d’âme et d’amitié qui fait que nos métiers, nos produits, nos projets et peut-être même nos vies prennent du sens. A ceinture personnalisée, dessin personnalisé, cela aujourd’hui nous semble tellement évident...
Ensuite, si Chantal dessine pour ses filles et pour nous montrer son chat, elle le fait aussi pour défendre ses valeurs et ce à quoi elle croit. Ainsi avec d’autres artistes, Chantal a contribué au lancement du hashtag #jaimalamonavenir, proposant à chacun de révéler, par un dessin, les absurdités et les incohérences de notre mode de vie actuel, tels que les lessives dites « bio » vendues dans des bidons en plastique ou encore les piscines de luxe dans des destinations de vacances où le manque d’eau engendre la misère....

Chantal Dana illustratrice engagée


Et non seulement Chantal dessine ses idées mais surtout, surtout, elle les vit. Par exemple, ses doudous : les « Plé Plo » sont tous fabriqués en France, avec des tissus et de la ouate issus de coton biologique certifié Oeko Tex ou Gots, colorés avec des encres non nocives pour les enfants et pour l’environnement. Pour ses collections, Chantal a aussi à cœur de promouvoir le travail pour tous, en collaborant avec l’Atelier Denis Cordonnier à Lyon, un ESAT permettant l’insertion de travailleurs handicapés. Elle veut un produit bien et qui fasse du bien.
Enfin, pour Chantal les animaux sont des êtres à part entière, il n’est qu’à voir la part de voix accordée à Prune (son chat) dans ses communications et dans ses œuvres en général. Il va donc sans dire que ses « Plé Plo » ne font entrer dans leur composition aucune matière d’origine animale.
Alors voilà, quand je vous dis : Made in France, respect des animaux et de l’environnement, œuvrer pour un travail plus juste et plus inclusif, vous comprendrez pourquoi Loop Me et Chantal, c’est une histoire qui marche.

Ce que nous avons voulu faire en collaborant avec Chantal

D’abord avant même de parler de collaboration entre Chantal et Loop Me, il y a eu un coup de coeur. Nous avons repéré ses dessins sur Instagram, nous les avons adorés, ils nous ont beaucoup faire rire, ils nous ont émus et même parfois ils nous ont décontenancés. Et ces émotions-là, c’est précisément celles que nous voudrions offrir à nos Loopers. Notre ceinture, nous voulons qu’elle fasse partie de votre vie, qu’elle vive avec vous.
Ensuite, passé le seuil de l’émotion, revenons à nos moutons : car, oui, nous avions tout de même une idée en tête (nous sommes tout de même à la tête d’une start-up, on ne plaisante pas). Nous voulions trouver un ou une dessinatrice capable, en quelques traits de crayons un peu naïfs, et très figuratifs, de représenter tous les Loopers, dans leur variété de styles, de personnalités, de passions et de vies.
Nous voulions passer par le dessin plutôt que par la photo pour plein de raisons.
D’abord parce que le dessin, c’est ludique, sympa et rigolo, à l’image de notre marque de ceintures colorées. On vous propose d’être le propre designer de votre ceinture, de la personnaliser à votre goût et de signer ainsi par un trait de couleur vos tenues et vos looks. Quoi de plus pertinent donc que d’inscrire le dessin dans l’ADN de notre marque !
Ensuite et surtout, car le dessin permet de traiter sans jugement et sans a priori tous les types de beautés. Pour nous, il n’aurait pas été question de ne confier la communication de notre marque qu’à des super modèles -qui complexent pas mal de monde (dont nous). Ni à des personnes dits pudiquement « de la vraie vie » pour qui, se voir sur papier glacé ou sur écran Retina, aurait été un moment sans doute plus pénible que gratifiant.
Chez Loop Me, nous sommes convaincus que le style et l’élégance naissent « quand l’extérieur est aussi beau que l’intérieur » comme disait Coco Chanel. Et le dessin nous paraissait un bon moyen de montrer la petite flamme qui brille en chacun de nous... De sublimer ce « petit truc » qui n’apparaît pas sur un cliché mais qui pourtant se voit chez nous comme le nez au milieu de la figure...

Chantal Dana illustratrice métro

Alors pour conclure : avait-on raison ou bien tort?

C’est à vous de nous le dire.
Faites-nous vos commentaires, dites-nous si vous aimez (ou au contraire détestez). Plus que jamais la parole est à vous, nos #Loopers !

À composer soi-même selon ses envies

Choisir la taille de sa ceinture

INSCRIVEZ VOUS

Pour être informés du lancement du site

et bénéficiez de l’offre de lancement*

*pour les 100 premiers inscrits

  • Facebook Ceinture Loop Me
  • Instagram Ceinture Loop Me