Chez Loop Me, les roux ne comptent pas pour des prunes

Les roux n’ont jamais eu la vie facile...

Soyons honnêtes, la vie des roux est une sinécure et cela, depuis des millénaires.
Pour vous en convaincre, laissez nous vous rappeler quelques faits marquants de notre Histoire, découverts avec effroi en lisant le blog « www.lavieenrousse.fr " -que nous remercions pour ses éclairages documentés et instructifs.
Car oui, la persécution que subissent nos amis roux ne date pas d’hier mais de l’Antiquité, figurez-vous.
Au IVème siècle avant JC, Aristote affirmait que « la couleur rousse est une espèce d’infirmité du poil ». Puis, le siècle suivant, des disciples du même philosophe théorisaient que « les blonds sont magnanimes car ils tiennent du lion ; les roux sont très méchants car ils tiennent du renard », établissant ainsi un lien entre psychologie et apparence physique. Bien que farfelu et sans fondement, ce courant de pensée suffira à faire des roux des boucs émissaires tenus responsables de tous les malheurs de la Cité, et ce pour des siècles et des siècles.
Faisons un bon en avant pour nous rendre au Moyen-Âge. Une période l’Histoire que l’on sait obscure à bien des égards, les Roux pourront en témoigner eux aussi. En 1254, l’Edit de Saint- Louis oblige les prostituées à se teindre les cheveux en roux pour les distinguer des femmes dites « respectables ». Puis en 1486, la publication du « Malleus Maleficarum » durant l’Inquisition attribue la couleur des cheveux roux à une relation (sexuelle) avec Satan. On raconte même -sans que cela ne puisse être vérifié- qu’à cette période (sur un demi siècle), 20.000 femmes rousses auraient été brûlées pour hérétisme et sorcellerie. Les Lumières passèrent ensuite par là, sans qu’hélas la situation des Roux ne bénéfice des progrès de l’esprit humain...Fin du XIXème siècle, sous la plume d’un des plus grands écrivains français appelé Emile Zola, dans son ouvrage « Nana », l’héroïne, prostituée à la couleur de cheveux changeante, se transforme alors en créature bestiale et diabolique quand elle devient rousse.
Plus récemment (en 2005!) et cela devient franchement inquiétant : la télévision et les réseaux sociaux furent les démiurges de scènes de violence aussi choquantes qu’ahurissantes. Dans un épisode de « South Park », le personnage de Cartman déclara une fois que « les roux n’ont pas d’âme » (« Gingers have no souls »). Cette tirade de fiction, destinée à un dessin animé et qui se devait d’être interprétée au 12ème degré, avait alors été relayée sur les réseaux sociaux par un jeune Canadien incitant toute sa large communauté de « followers » à botter les fesses des roux lors d’un « Kick a ginger day ». Post qui -contre tout bon sens- trouva une audience et engendra une flambée d’agressions. Oui, il faut le lire pour le croire...

Mais heureusement, depuis quelques années, le vent tourne pour les roux !

Depuis la parution de « Poil de carotte » en 1894, oeuvre de Jules Renard, « nombreux » (enfin, n’exagérons rien non plus) ont été les intellectuels et les artistes à dénoncer les moqueries, l’ostracisme et l’exclusion dont sont victimes les roux. Et ce travail de militantisme porte aujourd’hui ses fruits! Et c’est tant mieux, mon Dieu.
Meilleure preuve en ces temps modernes 3.0 : en 2018, on voit enfin apparaitre des roux dans ... la bibliothèque des Emojis qui constituent aujourd’hui la base de notre mode de communication. Ce qui pourrait sembler anecdotique est en réalité un symbole ultime de libération !
Enfin, en 2017, une étude commandée par casino en ligne : Casumo, s’intéressant aux mécaniques de la séduction, concluait que les hommes roux auraient plus de succès auprès des femmes. Quant à Sami Sabbarini, agent du département Homme Elite Model Management, il racontait récemment dans un interview du ELLE que, concernant les mannequins roux, « on constate une réelle demande, ces deux dernières années ».
Il est vrai que le monde de la Mode est souvent en avance d’une longueur d’onde et cette nouvelle tendance « roux friendly » en est encore une fois la preuve. Lors du dernier défilé Céline à la mi janvier 2019, les « gingers » comme disent les Anglo-Saxons, déboulaient sur tous les podiums tous azimuts : au show d’Hedi Slimane, où leur teint diaphane collait parfaitement à l’esprit rock de la nouvelle collection, au défilé Ami où l’ouverture fut faite par un garçon aux cheveux cuivrés flottant jusqu’aux épaules sur un manteau crème, ou encore chez Kenzo, Acne Studios et Gucci.

Alors il est évident que Loop Me ne voudrait pas passer à côté de ce grand mouvement de réhabilitation des roux et à cette réparation nécessaire exigée par l’Histoire

En effet chez Loop Me, nous avons toujours dit -et surtout pensé- que la différence est une chance, une richesse, une pépite à valoriser. Dans plusieurs de nos articles, nous avons rendu hommage à des personnalités uniques en leur genre, que nous adorons et qui nous ont inspirés et continuent encore de nous inspirer.
Alors évidemment que chez Loop Me, nous aimons les roux, leur beauté et leur flamboyance. Comme nous aimons toutes les autres chevelures du reste : les brunes, les blondes, les grises, les blanches, les « de toutes les couleurs » permises par nos amis et confrères les coloristes capillaires, les raides, les bouclées, les courtes, les « en brosse », les « en pétard » et toutes les autres encore…
Chez Loop Me, c’est précisément parce que nous croyons dur comme fer en la beauté de la différence que nous avons imaginé une gamme de ceintures en silicone colorée, à composer soi même et à personnaliser en choisissant soi même sa sangle, ses passants et sa boucle au sein d’une multitude de propositions de couleurs ou de modèles. Afin que chacun puisse avoir sa ceinture, une ceinture qui lui ressemble et qui sublime sa tenue, ses formes, son style.
Une ceinture personnalisable, et aussi évolutive, car votre style d’aujourd’hui n’est pas nécessairement votre style de demain. Et chez Loop Me, on tient absolument à respecter le fait que votre style, comme vos goûts ou vos humeurs, puissent changer, évoluer, se transformer

Petit exercice pratique : passons en revue quelques roux célèbres et faisons leur une proposition de ceinture Loop Me

Le principe de ces portraits courts serait donc d’identifier quelle ceinture pour quel roux : 1, 2, 3 le jeu commence!

Dans la catégorie Mannequins

Dakota Lohan : A 22 ans, le frère de Lindsay, a déjà bien réussi. Il comptabilise déjà 55.000 fans sur Instagram (certes, moins que sa soeur Lindsay qui en comptabilise près de 8 millions mais tout de même), il est modèle à l’agence IMG Model et apparait désormais au premier rang des défilés qui comptent, comme récemment le défilé Yves Saint Laurent. Quand on scrute ses photos, tant professionnelles que personnelles, force est de constater qu’il a toujours des looks monochromatiques, autour du noir et du blanc. Même son tatouage : une ancre marine sur le poitrail gauche côté coeur, reste d’une discrétion peu commune par rapport à sa génération. Aussi, même si le conseil naturel de Loop Me serait de réveiller tout cela par un trait de lumière , nous allons plutôt respecter sa personnalité et lui recommander de commander une sangle et des passants noirs et blancs pour jouer le ton sur ton.


Ferdia Gallagher : Lors des derniers défilés Celine, on ne parlait que de lui. Alors nous sommes allés un peu creuser sur Instagram, pour le connaitre disons un peu plus intimement. Qu’a-t-on constaté : comme son confrère Dakota Lohan, globalement sa garde robe tourne aussi beaucoup autour du noir et blanc. Toutefois, il ose aussi parfois la couleur, le rouge (plutôt foncé), le bleu (plutôt marine) ou encore le jaune (en touches savantes). Et c’est cette dernière couleur que nous allons retenir : d’abord parce que c’est celle qu’il a choisie pour sa ceinture Off White, la marque du très tendance Virgil Abloh, et avec laquelle il s’est photographié sur Instagram. Donc, prudemment, on recommande la même chose pour nos ceintures Loop Me. Après, ce choix est aussi le résultat d’un faisceau d’indices sublimaux, pas forcément subtiles, mais que chez Loop Me nous avons décidé d’interpréter : il est mannequin pour le compte de l’agence Bananasmodels. Or la banane, vous le savez, c’est jaune. Ensuite l’un de ses films adorés est « Kill Bill », encore une fois un film qui a choisi de vêtir son héroïne de jaune. Enfin, la presse anglo-saxonne le qualifie de « rising star », d’étoile montante. Il nous semblait donc logique de le parer d’une ceinture à la couleur des étoiles : le jaune.


Jimmy Nogues : ce jeune homme de 18 ans est le remarqué finaliste du concours Elite Model France, qui incarnera la beauté masculine française à la finale internationale de la même agence. Alors soyons transparents avec vous, nous ne croulons pas sous les informations concernant ce très jeune homme sorti il y a à peine quelques mois de l’anonymat…On peut même le dire ouvertement, pas grand chose à se mettre sous la dent sur Google le concernant, ni sur Instagram où son compte, mystérieusement appelé « monsieur_ngs » ne comptabilise que 32 petits posts. Donc nous allons mobiliser toute l’intuition légendaire de Loop Me pour émettre une recommandation de ceinture et proposer …roulements de tambour… une ceinture bleu vif. Bleu comme la couleur de Marseille et de son iconique Club de Foot (certes rien ne dit qu’il aime le foot, mais bon en général les Marseillais aiment le foot ou -a minima- leur club de foot). Secundo peu après sa victoire au concours Elite, il publiait un portait de lui, avec dessiné sur le visage au maquillage bleu vif, l’éclair de David Bowie, assorti du commentaire « I’m ready ». Ainsi, sa vision de la victoire serait donc la couleur bleue. Tertio, dans son tout dernier post, il pose en short bleu, reprenant en légende le refrain de la chanson de Bon Entendeur : « Le temps est bon, le ciel est bleu, nous n’avons rien à faire que d’être heureux », validant ainsi tacitement que la couleur du bonheur, selon lui, serait aussi le bleu…

Dans la catégorie Acteurs

Damian Lewis : véritable « touche à tout », il brille non seulement sur les planches mais aussi derrière les caméras. A 48 ans aujourd’hui, son palmarès est large, avec des succès mais aussi des oeuvres assez vite oubliées. Globalement, si l’on devait résumer en une phrase sa carrière, nous pourrions dire que ses plus grands rôles sont majoritairement ceux d’hommes de pouvoir, d’hommes engagés, au service de l’état, du monde politique, ou du pouvoir dans tous les sens du terme. Pour ne donner que quelques exemples : en 1995, il joue «Hamlet» au théâtre avec Ralph Fiennes ; en 2001, il interprète Richard D. Winters, officier de l’US Army et vétéran de la Seconde Guerre Mondiale, dans l'acclamée mini-série historique « Frères d’armes » ; en 2011, dans la série « Homeland », il incarne Nicholas Brody, un soldat américain rentré au pays après huit ans de captivité en Irak ; en 2015, il est la tête d'affiche de la mini-série historique anglaise « Wolf Hall », où il est Henri VIII ; en 2016, il tient l'un des rôles principaux du thriller d’espionnage « Un traître idéal » ; puis fait son grand retour dans une nouvelle série : « Billions », où il joue un ambitieux gestionnaire de hedge fund affrontant un procureur dans le monde de la haute finance à New York, pour la conquête du pouvoir. Compte tenu de cet impressionnant palmarès fort en testostérone, nous avons pensé que la couleur qui rendrait le plus hommage à ce rouquin d’acteur serait le rouge, couleur de l’ambition et du pouvoir par excellence, couleur aussi de sa médaille d’officier de l'Ordre de l'Empire britannique (OBE) reçue en 2016 du prince William en personne !


Caleb Landry Jones : cet acteur de 29 ans fait un peu figure d’ovni dans la planète du show business. Il est (plutôt) petit, roux, et même adorablement constellé de tâches de rousseur. Quand on essaie de dresser son portait et de le mettre dans une case, on se heurte à une difficulté majeure : il manie l’ambiguité et le mélange des genres dans la vie comme à l’écran. Ainsi, tout le monde reconnait qu’il est en train de s’imposer comme le visage le plus fascinant du cinéma indépendant américain, et en même temps il crève l’écran dans des blockbusters planétaires comme X-Men ou Twin Peaks. Et s’il joue souvent des personnages possédés, jouant de son regard ensorcelant, il peut aussi incarner des seconds rôles de commercial on ne peut plus lambda comme dans « Three billboards ». Il est américain (né au Texas et vivant à Los Angeles !) mais pourtant décrit comme « le visage du cinéma britannique à Cannes ». Et quand on regarde qui il est au quotidien sur son fil Instagram, on le voit tantôt les cheveux longs, tantôt les cheveux courts, en tenue de bad boy ou en chemise…à fleurs, en égérie Yves Saint Laurent ou …posant en look 100% texan, cravate lacet au cou et chapeau de cowboy sur le crâne. On le dit acteur, mais il est aussi musicien à ses heures et un peu mannequin aussi. Bref, un jeune homme aussi inclassable que caméléon : sa couleur de ceinture Loop Me sera donc…le violet, couleur que nous avons analysée dans un précédent article de blog comme étant la couleur du mystère et du fantastique.

Dans la catégorie Chanteurs

Ed Sheeran : faisons simple et bien, dans la catégorie « chanteurs roux », on se contentera de citer Ed Sheeran. Que pourrait on dire de cette star interplanétaire que vous ne connaitriez pas déjà? Largement connu grâce à ses vidéos qu’il partage sur Facebook et YouTube, Ed Sheeran devient une star planétaire en 2011 avec son premier album produit avec une maison de disques : intitulé "+" et écoulé à 4 millions d’exemplaires. Succès qui se reproduit à l’identique avec les albums suivants : « x » et "÷". Et comme son propre succès ne lui suffit pas, il écrit aussi des titres planétaires pour ses petits copains, Justin Bieber, Taylor Swift, Robbie Williams, James Blunt ou encore les One Direction. Sinon, il est aussi le chouchou de la Couronne : il fut ainsi invité à se produire devant la famille royale lors du Jubilé de la reine Elizabeth II, puis aux Jeux Olympiques d’été, ou encore lors d’un événement privé organisé par la princesse Beatrice d’York et sa mère, Sarah Ferguson. Sinon « on » (Taylor Swift ou Elton Jonh par exemple !), lui demande souvent de monter sur scène en «duo ». Bref, on va arrêter là le descriptif de son CV, sinon on n’en finirait pas. Essayons plutôt de trouver le petit « je ne sais quoi » qui pourrait le résumer en un mot ! Et ce mot c’est…Ketchup! Vous l’ignoriez sans doute, mais Ed Sheeran est accro au ketchup (et cela n’a rien à voir avec sa couleur de cheveux, les deux phénomènes étant scientifiquement indépendants). Au point qu’il ne puisse littéralement pas imaginer un repas sans cette sauce à la tomate. Lors de ses tournées, il va jusqu’à missionner ses équipes pour qu’il ait toujours à sa disposition une bouteille de ketchup. Il s’est même fait tatouer sur le bras une bouteille de ketchup commercialisée par une grande marque. Ainsi de toutes évidences, s’il devait choisir une couleur pour sa ceinture Loop Me, assurément, ce serait le rouge.

Le Prince Harry : le cas spécifique du roux le plus convoité de la planète

Si aujourd’hui, Harry est au firmament des fantasmes des petites anglaises (et pas que des anglaises), rappelons que cette aura n’a pas toujours été d’actualité. Revenons en au tout début des origines : le biographe Andrew Morton raconte que le prince Charles fut déçu à sa naissance parce qu’il aurait préféré une fille. Ainsi se serait il exclamé : « Oh mon Dieu, c'est un garçon », avant d'ajouter : "Et en plus il est roux ». Les moqueries sur sa rousseur iront bon train pendant bien des années mais, comme dans les comptes de fée, Harry finit par devenir ce beau soldat (dont les cheveux de feu tranchent sur la combinaison camouflage) et conquérir les coeurs de bien des femmes en ce royaume. Toutefois, il est évident que jusqu’à la fin de sa vie, le prince Harry sera toujours identifié au prince au cheveux roux. Deux anecdotes à ce sujet.
Vendredi 1er décembre 2017, alors que le prince Harry et Meghan Markle font leur première sortie officielle depuis l'annonce de leurs fiançailles (à Nottingham pour visiter un centre luttant contre le VIH chez les jeunes), un inconnu pose une drôle de question au jeune homme. « Ça fait quoi d'être un roux qui sort avec Meghan ? ». Une question à laquelle le prince Harry a sobrement répondu : « C'est pas génial ? C'est incroyable. » Sur les réseaux sociaux, nombreux furent les internautes qui ont fait le lien avec le film Love Actually. Dans ce dernier, le personnage de Sam, roux lui aussi, finit par conquérir le cœur de la reine des abeilles de son école, Joanna.
Plus récemment, le 14 janvier 2019, tandis que le couple en visite officielle à Liverpool avait pris le temps d'aller saluer leurs nombreux fans réunis pour les accueillir, une fillette a particulièrement attiré l'attention du prince Harry. Comme le raconte Rebecca English, la journaliste du Daily Mail dépêchée sur place, la jeune Eliza Morris, 4 ans, tenait une pancarte orange sur laquelle était inscrite la mention : "#gingersunite, je t'aime Harry" [#lesrouxunis, NDLR]. Un message qui n'a pas manqué d'attirer l'attention du prince Harry, lui-même roux, qui a alors échangé un tendre câlin avec la fillette en répondant : "J'adore ! Tu aimes tes cheveux ? La pancarte est géniale !"
Maintenant, le Royaume-Uni attend avec impatience la venue du bébé du prince Harry et son épouse Meghan, et la couleur de cheveux du futur bébé n’échappe pas à la longue tradition des paris : pour de nombreux parieurs, l'enfant, qui prendra la septième place dans l'ordre de succession au trône britannique, aura les cheveux roux, avec une cote de 3/1. Donc voilà parce que, quand on pense à Harry, on pense en premier chef à sa couleur de cheveux, et que celle ci, encore plus que son sang bleu, est devenu sa signature, nous lui suggérons bien naturellement de surfer sur la vague et d’opter pour une ceinture orange.

Pour conclure, nous voulions au travers de cet article un peu léger, partager avec vous l’une des valeurs clefs de la marque Loop Me, et cette fois-ci, nous sommes sérieux

Chez Loop Me, nous sommes convaincus qu’il n’existe pas une définition de la beauté. La beauté est plurielle, et il en existe autant de formes que de personnes vivant sur cette planète.
La beauté, comme le style, n’est pas un état de fait. On ne nait pas « beau » comme on ne nait pas « laid ». Le monde ne se divise pas en deux clans, celui des gens qui ont du style et celui des gens qui n’en ont pas. Et chez Loop Me, nous essaierons toujours, à notre échelle, de lutter contre les préjugés, comme aujourd’hui celui qui « pèse » sur les roux, mais il en existe tant d’autres sur lesquels nous aurions pu écrire.
« L’élégance (disait Coco Chanel), c’est quand l’intérieur est aussi beau que l’extérieur ». Ce qui vous rend beau c’est votre humour, votre personnalité, votre manière d’être, de vivre, de croire en vous et en vos rêves. C’est le fait d’être vous, à 100% et 100% du temps. Rien que vous mêmes.
C’est ce plaisir que Loop Me espère vous apporter, en vous offrant la possibilité d’apporter sur votre tenue ce « petit trait » de votre personnalité, par le choix d’une couleur, d’une composition de couleurs…

À composer soi-même selon ses envies

Choisir la taille de sa ceinture

INSCRIVEZ VOUS

Pour être informés du lancement du site

et bénéficiez de l’offre de lancement*

*pour les 100 premiers inscrits

  • Facebook Ceinture Loop Me
  • Instagram Ceinture Loop Me