Les 5 commandements de Loop Me

Beaucoup de nos articles de blog sont humoristiques, voire décalés.
C’est en effet une volonté. Chez Loop Me, nous ne voulons pas nous prendre au sérieux. D’ailleurs, nous n’en avons pas les moyens, nous ne sommes ni célèbres ni spécialistes en quoi que ce soit qui puisse justifier une prise de parole d’experts. Nous ne sommes pas non plus journalistes ni éditorialistes professionnels.
Nous concevons donc davantage nos articles comme une conversation amicale avec notre communauté, que comme un manifeste ou encore un cours magistral. Une conversation qui serait comme une occasion de mieux se connaitre et aussi de vous révéler un peu notre mode de réflexion, le « work in progress » càd le travail tel qu’il est quand il est encore sur le métier, comme diraient les artisans. Nous construisons notre marque à petit pas, peu à peu, en apprenant des autres et aussi de nos erreurs ou de nos questionnements.
De plus, nous assumons notre vision de la mode comme quelque chose qui ne doit pas se prendre au sérieux. Et surtout comme quelque chose qui doit rester accessible à tous. Tant en termes de budget évidemment, que de concept tout court. Chez Loop Me, nous pensons que chacun a le droit d’avoir ses goûts, son style, son look, en fonction de sa morphologie, de ses envies, de ses préférences, en un mot : en fonction de sa personnalité. La mode la plus réussie, c’est celle que vous portez, nous en sommes persuadés.
Chez Loop Me, nous pensons aussi que la mode doit être -et surtout rester- un plaisir, un amusement, rien de plus, rien de moins. Un outil ludique au service de la personnalité de celui qui la porte.
Ceci étant dit, ce n’est pas parce que nous avons cette vision simple et fun de la Mode, que nous n’avons pas pour autant des valeurs, et que nous ne voulons pas donner du sens à notre marque et faire de nos ceintures autre chose qu’un gadget de plus dans vos penderies.
Alors voilà, une fois n’est pas coutume, nous prenons aujourd’hui la plume pour un échange de fond avec vous : vous exposer en cinq points les valeurs cardinales de notre marque de ceintures en silicone effet velours. Les « reasons why » de notre marque, comme on les désigne dans les manuels de Marketing.

Loop Me, une marque en faveur d’une mode transparente

Nous ne sommes pas militants. Nous avons juste des aspirations personnelles, qui, il se trouve, collent avec certaines grandes causes aujourd’hui en une des médias.
La première de ces aspirations est de savoir comment sont fabriquées nos ceintures. D’abord en connaissant concrètement et personnellement les gens qui les fabriquent, les diffusent, les mettent en avant. L’entreprise que nous avons créée a ainsi mis un point d’honneur à travailler au maximum en France, avec des entreprises (souvent petites ou de taille moyenne) dont nous rencontrons physiquement les équipes lors de nos réunions de travail. Alors certes, comme tout le monde, nous envoyons des emails, on passe des coups de fil, parfois on organise des Skype mais jamais cela ne nous dispense jamais de rencontres physiques. Nous connaissons chacune des personnes qui participe à notre projet et nous savons que ces personnes travaillent dans de bonnes conditions et sont reconnues à leur juste valeur. Loop Me, c’est une histoire d’hommes, c’est avant tout une histoire d’hommes même, dirions nous.
Ensuite, nous avions à coeur de développer des ceintures qui respectent au maximum l’environnement dans lequel nous vivons. La sélection d’entreprises françaises est en cela une garantie : notre pays nous impose de respecter de nombreuses normes, chacun le sait. C’est une contrainte au quotidien certainement, mais cela nous garantit -vous garantit- aussi que la fabrication des ceintures Loop Me n’a pas donné lieu à un grand n’importe quoi.
Enfin, le choix de la silicone pour proposer une nouvelle offre de ceintures nous parait aussi intéressant. Alors certes, nous allons tout de suite déminer le sujet sensible : non, la silicone ne se recycle pas. En tous cas pas en tant que telle. On peut certes la broyer et l’utiliser pour faire des revêtements mous pour les squares d’enfants par exemple, mais cet usage est aujourd’hui marginal. En revanche, ce que l’on peut dire sans prendre de gros risques, c’est que l’industrie de la silicone -en France en tous cas- est moins nocive que celle du cuir ou du coton d’une part (les ceintures en cuir ou en coton tressé étant aujourd’hui les principales vendues sur le marché) ; et que la silicone n’est pas un plastique (elle ne dérive pas du pétrole) d’autre part.
Enfin, en termes de garantie et de transparence, nous avons entamé les démarches afin d’obtenir pour nos ceintures en silicone deux labels importants à nos yeux : le label Origine France Garantie et le label EVE : Expertise Vegan Europe, tous les deux fondés sur des audits rigoureux à chaque niveau de la chaine de production et de valeur, et donc sérieusement garants d’une fabrication qui se veut aussi vertueuse et respectueuse que possible.
Et chacune de nos sangles de ceintures en silicone, fabriquées en France, sera estampillée d’un « traceur », l’équivalent du poinçon chez les bijoutiers. On pourra donc à tout moment, et cela même bien des années après l’achat, identifier le lot de production.

Loop Me, une marque inclusive et « body positive », dont le héros, c’est vous !

Adam Hindle, directeur de casting pour Tom Ford, Valentino, Viktor & Rolf et Agnona expliquait dans une interview : « Le stéréotype du top-modèle porte-manteau est une faute de goût inexcusable aux yeux des Millennials. La beauté pure ne suffit plus. En réaction aux vieux diktats de blancheur, maigreur, jeunesse, des modèles autrefois proscrits prennent leur revanche ». Franchement, on ne peut que dire merci aux Millennials d’avoir ainsi fait bouger les lignes.
En tous cas chez Loop Me, bien que quadras, nous partageons complètement cette revendication des Millennials. Voir enfin dans la Mode des gens qui ont une personnalité propre, qu’ils affirment sans tabou et sans frein ; valoriser enfin tous les styles de morphologie, d’âge, de couleur de peau, et même de « spécificités », nous entendons par là tous ces petites choses aussi maladroitement appelés « défauts » et qui font en fait l’unicité, la particularité et finalement le charme de chaque personne, cela fera du bien à tout le monde !
Et enfin et surtout valoriser des expériences et des parcours de vie plutôt que juste des corps et des silhouettes.
Ainsi, tout au long de nos prises de paroles, chez Loop Me, nous essaierons de mettre en avant les #loopers, ces personnes de la vraie vie qui portent nos ceintures en silicone effet velours. Et de faire ressortir le lien entre ces personnes, leur vie, leur passion, leurs talents, leurs réalisations, et le la ceinture qu’ils ont choisi de composer et de porter.
Chacune de nos ceintures sont personnalisables. Ce n’est pas juste un argument commercial. C’est une philosophie. Nous souhaitons vraiment que chacun et chacune d’entre vous puisse créer la ceinture adaptée à ses goûts, à ses envies. Et puisse aussi la faire évoluer, car on le sait, les goûts et les humeurs, ça fluctue et c’est tant mieux.
Plus que tout nous souhaitons que Loop Me soit une marque ancrée profondément dans la vie, dans votre vie. Loop Me ne sera pas une marque de catalogue en papier glacé.

Loop Me, une marque de ceintures conçues pour durer

« Aujourd’hui, le sujet n’est plus seulement de s’intéresser à la première existence du vêtement mais à la façon dont on peut prolonger efficacement le cycle de vie des produits. La seconde main et la mode en location offrent d’intéressantes perspectives ». Chez Loop Me, nous partageons ce point de vue de Pierre-Arnaud Grenade, PDG de la marque Ba&Sh. Il est nécessaire de réfléchir et de concevoir une mode qui dure plus longtemps, qui soit de qualité et surtout pas à usage unique ou quasi unique.
Ce sujet a d’ailleurs été abordé lors des conférences et tables rondes du dernier salon « Made in France », en novembre 2019, au Parc des Expositions de Porte de Versailles à Paris. Pour la première fois a été soulevé le sujet du recyclage et de l’étape suivante. En effet depuis plusieurs années maintenant, on se penchait exclusivement sur sujet du recyclage : que faire et comment faire avec un vêtement usé, abimé, ayant perdu sa forme originale au point de ne plus pouvoir être porté ? Cette question était essentielle certes.
Mais aujourd’hui il faut passer à l’étape d’après, comme le disaient les entrepreneurs de la mode alors présents : et imaginer des vêtements de qualité suffisante pour traverser les mois, voire les années, sans se détériorer. Bref, penser à la durabilité des vêtements que nous produisons, nous les marques, et que nous achetons, nous les consommateurs. Acheter mieux pour profiter davantage et pourquoi pas aussi du coup, consommer moins.
Chez Loop Me, nous sommes complètement dans cette réflexion. Cela nous arrange, allez vous dire, puisque nos ceintures en silicone ne se recyclent pas...Quel opportunisme chez Loop Me, n’est ce pas !
En fait, non, ce n’est pas que cela.
Nous avons réfléchi à créer une ceinture en silicone parce ce que ce matériau est avant tout extrêmement sain. « Safe » disent les anglosaxons. Il suffit pour vous en convaincre de vous rappeler que la silicone est aujourd’hui employée en alimentaire (moules à gâteaux, bacs à glaçons), en puériculture (tétines de biberons, tétines de succion), dans les bracelets de montres (en contact avec la peau), et même dans du matériel médical de très haute qualité (comme le coeur artificiel Carmat). Voilà, ce ne sont que quelques exemples, non exhaustifs, mais qui montrent bien que la silicone a défaut d’être « bonne pour la santé », en tous cas est 100% respecteuse de votre corps, de votre peau, de vous !
Ensuite, la silicone présente aussi un autre atout clef : elle présente des qualités de résistance inouïe. Au chaud (on en revient aux fameux moules à gâteaux), au froid (et aux bacs à glaçons), mais aussi aux UV (la couleur de la silicone reste stable aux travers des décennies) et à bien d’autres agressions : ce n’est pas un hasard si la silicone est employée dans la fabrication des pneus de voiture afin de garantir une sécurité optimale aux conducteurs. Pour résumer : la silicone, à moins de connaitre une « déchirure » manuellement réalisée pour ainsi dire, résistera des années et des années sans s’altérer. Donc en conclusion, nous pouvons vous affirmer que, quand vous achetez une ceinture Loop Me, c’est pour la vie !
Et si vous vous en lassez (ce qui, pour le coup, peut arriver) :

  • - Option 1, essayez donc de la faire évoluer en en changeant juste un élément. Chez Loop Me, nous vendons au détail chaque élément qui compose nos ceintures en silicone : sangles, passants et boucles peuvent être achetés à tout moment indépendamment. Donc si vous n’aimez plus votre ceinture Loop Me, commencez par essayer de la rafraichir, de la rénover, en changeant une couleur, un design de boucle, le nombre de passants.
  • - Et si vraiment vous ne l’aimez plus, faites le choix de l’option 2 : la revente sur un site de seconde main par exemple et offrez lui tout simplement une seconde vie, chez un autre propriétaire. Mieux que le recyclage (que Loop Me, oui, c’est vrai, ne sait pas faire), offrez à votre ceinture une nouvelle vie. Inusable, increvable, une ceinture Loop Me dure toute la vie, chez vous ou chez un autre !

Loop Me, une proposition de ceintures Vegan

La nouvelle fit le tour de la planète il y a quelques mois. La reine Elisabeth II devenait « fur free ». Autrement dit, à 93 ans et des bananes, elle renonçait à porter de la vraie fourrure. « Si sa Majesté doit se rendre à une occasion où il fait particulièrement froid, ce sera de la fausse fourrure qui sera utilisée pour s’assurer qu’elle ait bien chaud ». C’est Angela Kelly, habilleuse personnelle de la reine, qui le raconte dans son livre « The other side of the coin ». Certes, tous ses manteaux en fourrure ne seront pas remplacés, elle continuera de les porter mais elle n’en achètera plus de nouveaux. Un geste qui a grandement valeur de symbole. Celui de la prise de conscience du bien-être animal et de l’urgence écologique par les grands de ce monde, ceux dont le comportement a valeur d’exemple pour les masses.
Parmi les grands « influenceurs » à adopter la même démarche éthique, on trouve :

  • - Des personnalités et ses stars évidemment : Ariana Grande, Kim Kardashian, Meghan Markle...
  • - Des marques à l’aura cool : Gucci, Burberry, Prada, Isabel Marant, Jimmy Choo, Ralph Lauren...
  • - Des marques niches mais qui font plus que bien leur bonhomme de chemin comme La Seine & Moi, spécialiste de la fausse fourrure avec ses manteaux pop et colorés
  • - Et même de grandes enseignes comme H&M, Zara, Gap ou La Redoute
  • - Ou des distributeurs comme Asos, Zalando ou Net-A-Porter


Longtemps surnommée « la fourrure du pauvre », la fausse fourrure ne date pourtant pas d’hier. Dans les Sixties, elle avait su convaincre -notamment grâce à ses prix attractifs, mais aussi grâce à ses déclinaisons créatives (voire psychédéliques) permises par l’usage de fibres synthétiques- toute une génération désireuse de s’affranchir du carcan de leurs parents (et de leur lot de stéréotypes). La fausse fourrure connaitra ensuite sa période punk, sous la houlette de créateurs déjantés comme Jean Paul Gaultier, Vivienne Westwood ou Thierry Mugler, puis déclinera dans les années 2000, victime de son image bas de gamme et de ses origines pétrolières peu recommandables...
Aujourd’hui, la fausse fourrure fait peau neuve, sans mauvais jeux de mots, et gagne ses galons « Eco-friendly ». De nouvelles innovations extrêmement prometteuses ont fait leur arrivée sur le marché, comme le modacrylique au toucher extra doux, le Koba qui ouvre la voie à une fourrure végétale issue de résidus de biocarburants de maïs, ou encore les dérivés du chanvre, dont la culture consomme peu d’eau ou de pesticides. La fausse fourrure n’est peut être pas encore 100% green, il est vrai. « C’est un pas en avant vers une mode plus responsable et attentive au bien être animal », se félicitait Stella McCartney en portant sur elle à la Fashion Week de Londres il y a quelques mois un manteau en Koba. « Des ingénieurs devront prouver que la démarche 100% éthique est possible », nuance Eric Briones, spécialiste du Luxe en France. Ceci étant dit, c’est tout de même une sacrée avancée, et qui va dans le bon sens, c’est indéniable.
Alors le lien entre Loop Me et la fausse fourrure ? Aucun en apparence, car non, nous n’avons pas (encore) prévu de collections de ceintures en fausse fourrure.
En revanche l’exemple nous paraissait intéressant pour montrer qu’il peut être pertinent d’explorer les savoir-faire industriels et d’identifier des matériaux qui, spontanément, ne semblaient pas destinés à devenir des accessoires des modes en bout de chaine, pour justement leur trouver un nouveau champ d’application. Si le maïs et le chanvre peuvent se transformer en des fourrures aussi douces et fluides que les vraies peaux d’animaux, pourquoi la silicone de vos pneus de voiture et de vos moules à gâteaux ne pourrait-elle pas à son tour se transformer en ceintures au toucher velours et aux couleurs chatoyantes ?
C’est ce pari fou et farfelu que nous avons fait chez top Me : vous proposer les toutes premières ceintures en silicone made in france, aux couleurs éclatantes et subtiles, aux finitions soignées et au toucher velours, pour que votre unique choix ne soit plus une ceinture en cuir ou en coton tressé, susceptible de se détendre, se déchirer et se déformer au fil des semaines et aussi au passage de polluer un peu plus qu’elle ne l’est encore notre chère planète....

Loop Me, une ceinture ancrée dans la vraie vie

Caroline Beillerot du cabinet de tendances Instinct expliquait récemment : « Avec la multiplication des phénomènes météorologiques, les gens vont vouloir s’habiller pour pouvoir affronter ces conditions difficiles. D’où l’essor des vêtements issus du monde du sport et de l’habillement d’extérieur. On va constater une fusion des produits haute performance avec la garde-robe urbaine (...), dans nos dressings, place à des pièces qui pourront voyager, avec des bermudas aux multipoches amovibles, des coupes vent poids plume, des polaires colorées. Ce qui a longtemps été jugé comme inconciliable avec l’élégance, se transformera en pièces tendance grâce des designers pointus ».
Une bonne illustration de ce phénomène serait la « re-naissance », au sens de seconde naissance, de la marque française Fusalp depuis son rachat en 2013 par la famille Lacoste. Pendant des décennies, Fusalp (une marque créée par des tailleurs d’Annecy voulant mettre leur savoir-faire au service du sport) s’imposa comme la marque de mode technique au ski, habillant les champions et les équipes olympiques. D’ailleurs c’est de cet univers de sport d’excellence que venait le nom de la marque : Fusalp, c’était le « Fuseau des Alpes ».
Aujourd’hui, la marque a un positionnement plus large, ou en tous cas s’est savamment extraite des seules pistes de ski. Elle a conservé un positionnement très technique avec des vêtements fait pour la mobilité, la course, la vitesse, à la fois anti transpirants et protecteurs, tout en conservant et assumant des coupes très affutées, et même sexy.
Les vêtements Fusap sont au service de la silhouette avec des coupes ultra fittées. Ce qui en fait désormais des vêtements à porter tant en montagne qu’à la ville. Aujourd’hui d’ailleurs, dans les grandes villes, vêtements de ville et vêtements de sport se mêlent et se confondent et il n’est plus rare de voir en plein après midi des femmes actives en tenue de yoga migrant d’une activité à une autre....
Alors il serait fort fort prétentieux d’oser la moindre comparaison entre Loop Me et des marques patrimoniales françaises comme Fusalp. Néanmoins, cette histoire nous parle complètement, nous inspire même furieusement, et c’est en effet une vision de la mode que nous défendons aussi ou en tous cas, à laquelle nous adhérons.
Aujourd’hui nous avons tous plusieurs vies dans une seule journée, nous travaillons mais nous voulons aussi consacrer du temps et nous épanouir dans nos loisirs et dans notre vie de famille. Plus que jamais nous co-mutons d’un univers à l’autre tout au long de la journée. Et notre vestiaire doit pouvoir s’adapter à ces mouvements permanents. Tant en termes de praticité, de confort que de style.
La ceinture Loop Me répond -du moins nous l’espérons- à ces nouveaux styles de vie. Solide, résistante, lavable à l’eau et au savon, inusable et inaltérable (ou presque), les accidents du quotidien n’auront pas de prise sur elle. Ni la pluie, ni la tasse de café renversée, ni le cracha de biberon du petit dernier n’auront raison d’elle. Avec sa texture velours et ses couleurs délicates, elle se mariera habilement à toutes vos tenues, du tailleur au jean, sans jurer, sans dénoter et viendra avec brio personnaliser vos looks et vos tenues. Et pour la pimper en soirée ou le week end, nul besoin de réinventer la roue : ajouter un passant qui tranche, ou switcher de la boucle or à la boucle en inox brossé, suffira à donner une allure rock and roll à votre ceinture.

Le mot de la fin : à quoi ça sert d’avoir une ceinture si elle n’apporte rien de bien ?

Transparence des modes de fabrication. Inclusion et respect de toutes les formes de beautés. Personnalisation et adaptation aux goûts et aux envies de chacun. Qualité à l’épreuve du temps. Mode vegan respectueuse du vivant. Partenaire d’une vie nomade et en mouvement.
Voici les promesses que nous vous faisons si à votre tour vous décidez d’adopter nos ceintures en silicone, colorées et personnalisables. Si à votre tour vous rejoignez notre communauté de #loopers et partagez avec nous des tranches de votre vie.
A votre tour, #getintheloop, faites le choix d’une mode 100% ancrée dans la vie, sans chichi mais tout en style. Adoptez la ceinture personnalisable Loop Me, une ceinture qui vous veut du bien et qui le fait bien.

À composer soi-même selon ses envies

Choisir la taille de sa ceinture

INSCRIVEZ VOUS

Pour être informés du lancement du site

et bénéficiez de l’offre de lancement*

*pour les 100 premiers inscrits

  • Facebook Ceinture Loop Me
  • Instagram Ceinture Loop Me