Comment trouver une ceinture quand on est une femme et que l’on fait + qu’une taille 42 ?

Trop peu d’enseignes et de marques de mode s’intéressent aujourd’hui réellement aux personnes de plus forte taille que la moyenne

Même si de plus en plus d’enseignes font de réels efforts en la matière, trop nombreuses encore sont celles qui limitent leur offre de vêtements et d’accessoires à la taille 42. Ou qui proposent une offre en 44 réduite a minima en termes de modèles et de références.
Une stratégie qui, de toutes évidences, laisse de nombreuses clientes déçues et leur donne le sentiment -justifié- d’être exclues. Donnons un exemple sur le marché français : d’après une étude réalisée en juin par le site Clinkndress auprès de 55.000 femmes françaises, 6% déclarent s’habiller en 36, tandis que près de 40% portent des vêtements en taille 44 ou plus. En dépit de ces données, on constate que l’assortiment proposé en taille 36 est 3 fois supérieur à celui proposé dans les grandes tailles. Pas étonnant donc que de si nombreuses femmes peinent à trouver des vêtements à leur taille.
Cette stratégie est d’autant plus contestable que si l’on regarde de près, l’évolution de la clientèle vers des grandes tailles n’est pas une tendance prête à s’inverser. Selon une étude datant de 2006 réalisée par l’UFIH (Union Française des Industries de l’Habillement) et l’IFTH (Institut Français du Textile et de l’Habillement), les mensurations moyennes de la femme française auraient ainsi évolué en 40 ans de + 1,8kgs et +2,5cm.
Aujourd’hui, plus que jamais avec les changements de mode de vie, d’alimentation et les métissages, les morphologies évoluent et il n’existe plus de standard en matière de silhouette ou de beauté.

Le principe d’inclusion, désignant le fait de penser à tous les clientes dans l’offre que l’on propose, doit être un principe d’action et pas seulement de communication

Rappelons un incident qui l’an dernier avait animé la toile et les réseaux sociaux : le 5 janvier 2017, le site américain Revelist dénonçait la campagne de publicité de la célèbre marque Urban Outfitters mettant en scène un groupe de jeunes gens de tous styles et de toutes couleurs, affichant ainsi son engagement en faveur de plus de diversité et de mixité, et militant donc pour un « droit à être soi ». Cette campagne prenait comme porte parole la jeune mannequin Barbie Ferreira, mannequin de taille 44. Mais la supercherie n’est pas passée inaperçue auprès d’un public averti, bien au fait que, dans la réalité, la marque s’arrête à la taille 42. Et la question d’être posée : comment cette mannequin superstar pouvait bien rentrer dans des vêtements sans conteste a minima trop petits d’une bonne dizaine de cms?...
A ce sujet, il faut aussi mentionner les différences dans les coupes et le système de taille au sein de chaque marque. Certaines marquent montent en effet, dans les faits, jusqu’aux tailles 42, mais leurs coupes sont si ajustées et si étroites que, in fine, leurs 42 correspondent plutôt à des tailles 40 voire même 38.
En conclusion, toute grande marque de mode qui se respecte devrait aujourd’hui prendre en compte cette réalité et réfléchir à des collections adaptées au plus grand nombre. Et ce, en toute sincérité et sans trucage pour ainsi dire.

Les marques qui ne souhaitent pas tailler au delà du 42 obéissent à une stratégie d’image et de coûts

Quand on réfléchit aux raisons justifiant la stratégie de tailles des marques de mode, celles-ci sont de deux ordres : l’image et la gestion.
En termes d’image, les marques ajustent leurs tailles à leur cible prioritaire : ainsi une marque visant des jeunes ou des adolescents aura tendance à tailler « petit », alors qu’une marque s’adressant à des femmes plus mûres taillera au contraire « large ». Mais au delà de cette problématique de cibles, certaines marques ont de toutes évidence envie d’éviter d’être portées par des clients dont les canons de beauté pourraient être trop éloignés de ce que l’on peut voir dans les magazines...La stratégie des tailles devient alors clairement une stratégie de discrimination.
En termes de coûts, l’impact de l’extension des collections à des grandes tailles au-delà du 42 est aisément devinable. D’abord en termes de stocks, proposer plus de tailles sur tous les modèles impliquent forcément de monter les stocks, et donc d’augmenter les ressources financières qui leur sont dédiées. Ensuite en termes de coûts matière, un vêtement grande taille consommera davantage de tissu, et autres (fils, élastiques etc), qu’un vêtement de petite taille. Inutile de faire une démonstration plus poussée pour deviner les conséquences au niveau du compte d’exploitation de la collection...

Maintenant si la révolution en matière de passage aux grandes tailles n’est pas encore à son comble, certains spécialistes s’y sont eux réellement mis et espérons, vont entrainer avec eux le reste de la profession.

Le meilleur exemple que l’on pourrait donner aujourd’hui est certainement celui des marques de jeans. Diesel ou Levis, par exemple, proposent un catalogue de coupes variées afin que chaque cliente à travers le monde, qu’elle soit Nord Américaine, Sud Américaine, ou encore Asiatique, puisse trouver le jean qui lui convient. Et ils retravaillent chaque année leurs coupes existantes, ou travaillent à en inventer de nouvelles, selon les retours des clientes, et ce afin de proposer le produit le plus confortable et le plus adapté à tous les types de morphologie.

C’est dans la lignée de cette philosophie que nous avons pensé les ceintures Loop Me.

Après une étude menée avec le cabinet creatests.com auprès de 596 particuliers, hommes et femmes, âgés de 18 à 70 ans, résidant en France métropolitaine, nous avons constaté que 6 personnes sur 10 portent une ceinture tous les jours ou presque ; mais aussi que 7 personnes sur 10 ont déjà renoncé à acheter une ceinture faute d’en trouver une qui convienne, que ce soit en termes de taille évidemment, mais aussi de style.
Les équipes Loop Me se sont penchées sur cette injustice évidente : pourquoi un produit aussi utilisé dans la vie quotidienne -à la fois pour des raisons fonctionnelles (tenir un vêtement) qu’esthétique (ajouter la touche finale à une tenue)- bref en un mot : aussi démocratique que la ceinture, serait aussi maltraité en termes d’offre et de choix. Pourquoi autant de personnes ne pourrait pas trouver une ceinture à leurs goûts?

Loop Me a souhaité oeuvrer à démocratiser la ceinture : avec un principe de personnalisation et de choix multiple.

D’abord du point de vue des tailles :
Nos sangles ont une taille unique : 1,35m. Elles conviennent donc aux personnes ayant jusqu’à près de 1.20m de tour de taille. Puis elles s’ajustent d’un coup de ciseau au tour de taille de chacun. La silicone est une matière particulière de ce point de vue là : d’un côté elle se taille au ciseau avec une très grande facilité, et de l’autre elle présente des qualités de grande résistance. Elle est quasiment incassable (en l’absence d’altérations mécaniques venant la fragiliser, type petites déchirures, cela va de soi) et résiste aux plus fortes tensions.

Ensuite du point de vue du style :
Loop Me propose à ses clients, hommes et femmes, de créer leurs propres ceintures en choisissant et assemblant des sangles larges ou fines, unicolores ou bicolores, des passants assortis et des boucles de différents modèles. La ceinture Loop Me est donc complètement personnalisable et ce au niveau de chacun de ses composants. Elle est aussi évolutive puisque chaque élément peut être changé à tout moment : les boucles Loop Me, par exemple, ne sont pas cousues dans la silicone mais sont clipsées dessus par un ingénieux système de fermeture.

Pour conclure : Loop Me est fière aujourd’hui d’être une marque inclusive, s’adressant à tous ceux qui aiment et souhaitent porter des ceintures et rêvent aujourd’hui de la ceinture parfaite, sans avoir à faire de concessions sur la taille, les couleurs et le style.

À composer soi-même selon ses envies

Choisir la taille de sa ceinture

INSCRIVEZ VOUS

Pour être informés du lancement du site

et bénéficiez de l’offre de lancement*

*pour les 100 premiers inscrits

  • Facebook Ceinture Loop Me
  • Instagram Ceinture Loop Me