Notre ceinture violette : ceinture de stars, star des ceintures !

La couleur violette n’a jamais eu très bonne presse, ne nous voilons pas la face. On lui a même collé une assez sale réputation depuis la nuit des temps.

D’abord c’est -historiquement- une couleur réservée aux riches, et même aux très riches, de par la rareté des ingrédients qui la composent et la difficulté à l’obtenir. En effet, durant l’Antiquité, la façon la plus connue de produire le violet était à l’aide d’une très grande quantité de mollusques se trouvant dans la région phénicienne de Tyr. Plus de 12 000 mollusques devaient être trouvés et utilisés pour ne produire que 1,5 g de teinture pure !

On raconte aussi que Jules César en tomba littéralement amoureux en rendant visite à Cléopâtre en Egypte. Le violet était la couleur préférée de la souveraine et dominait dans son palais comme dans ses tenues et ses bijoux. De retour à Rome, l’empereur décréta alors que lui seul avait le droit de porter une toge entièrement pourpre. L’un de ses successeurs, Néron, ira plus loin en rendant son port illégal, et condamnant à la peine capitale celui qui contreviendrait à la loi. Et ce snobisme eut la dent dure puisque que bien des siècles plus tard, en Angleterre, le roi Henri VIII en fera de même.

Au delà d’être cantonnée à être une couleur ultra élitiste pour « happy few », la couleur violette se vit aussi associée à pas mal de choses assez négatives au cours des siècles. Par exemple, dans la religion chrétienne, vers 1200, le Pape Innocent III la définit comme couleur de la pénitence. Aujourd’hui encore, c’est la couleur employée dans la liturgie pour les moments de jeûne comme le Carême. Au Moyen Âge et au XVI ème siècle, le violet sera la couleur du deuil, et au XIXème elle sera celle du deuil atténué, ou « demi deuil », remplaçant le noir après une certaine période de deuil ou quand le lien de parenté avec le défunt était relativement éloigné. Enfin, de nos jours, le violet est encore associé à des sentiments méchants : il n’y a qu’à regarder à la loupe quels héros des dessins animés Disney sont habillés de violet ! Ce sont toujours des personnages qui veulent du mal aux héros, tels que Maléfice, la Reine-sorcière (Blanche-Neige), le gouverneur Ratcliffe (Pocahontas) ou encore Léon Bogue (Monstres & Cie.). Cette couleur véhicule souvent l’ambition, la jalousie, et le machiavélisme. Bref des trucs pas folichons.

Et pour conclure, quand bien même on n’aurait pas envie de philosopher longuement autour du pourquoi du comment du violet, force est de constater que ce n’est pas une couleur commode. Elle demeure fort difficile à marier : et hormis le noir, le blanc, et à la rigueur certains tons de marrons, les autres couleurs sont proprement à bannir en présence de violet. Longtemps, ce fut aussi la couleur de la « contre-culture » comme disent les spécialistes : le mouvement Punk en est un bon exemple avec son goût prononcé pour les pourpres énigmatiques et obscurs.

Alors une fois que l’on s’est dit cela, on fait quoi ? On se dit que chez Loop Me, on ne fera jamais de ceintures en silicone violette ? Qu’on abandonne cette couleur qui fait office de « bad boy » du nuancier ? Qu’il y a plus à perdre qu’à gagner -en termes de stocks- en produisant des ceintures et des passants violet dans notre gamme ?

Hé bien, non ! Nous ne ferons pas un choix pareil, aussi facile qu’il puisse sembler. Car chez Loop Me, nous pensons qu’il en faut pour tous les goûts et que parmi nos #Loopers nous en avons forcément qui sont des fans absolus de violet, et nous nous devons, par conséquent, d’avoir une ceinture, des sangles et des passants, à leur proposer, une ceinture sur mesure adaptée à leur goût ! Et nous pensons aussi que si, oui, le violet est une couleur clivante : on l’aime ou on ne l’aime pas et il n’y a pas d’entre-deux, quand par hasard on l’aime et qu’on sait en jouer, elle peut devenir extrêmement intéressante...

Pour vous en convaincre, faisons donc ensemble un tour d’horizon de quelques stars planétaires ayant fait du violet leur signature ou leur marque de fabrique ! Car oui, il y en a, et pas des moindres !

1 - Elizabeth Taylor, la « star aux yeux violets »

Véritable femme fatale, à la beauté littéralement envoûtante, elle en aura fait tourner des têtes. On ne compte plus ni ses maris (elle en eu sept, dont un, Richard Burton qu’elle épousera deux fois), ni ses amants (Paul Newman, Marlon Brando, Warren Beatty, Michael Caine...), ni même ses admirateurs affichés à l’amitié dur comme le roc (comme Montgomery Clift ou James Dean qui ne durent d’échapper à ses griffes que du fait de leur homosexualité assumée).

Mais chez l’actrice, dotée d’une beauté littéralement spectaculaire, ce sont les yeux qui, plus que tout, attiraient l’attention. Son regard était profond et puissant, étincelant sous la lumière des projecteurs et des flashs des photographes. Et ce qui fascinait le plus dans ce regard, c’était bien la couleur de ses yeux. Des yeux qui sont décrits au travers de sa légende comme «violets »... Mais des yeux violets, cela n’existe pas non? A vrai dire, les yeux de Liz Taylor firent couler beaucoup d’encre mais la théorie la plus plausible serait celle-ci : bleus à l’origine, ce sont certainement des pigments rouges contenus dans ses pupilles, qui sous les effets de l’éclairage et de la lumière, donnaient cet étrange et rarissime violet.

- « Avec vous les yeux violets ? », lui demandait-on régulièrement.
- « Je crois qu’ils sont rouges », répondait-elle à la fin de sa vie.

Quoi qu’il en soit, ces yeux uniques au monde, associés à une malformation génétique appelée Distichiasis faisant qu’elle possédait deux rangs de cils, rendait son regard absolument particulier. Unique au monde. Un atout qu’elle su entretenir et faire entrer dans la légende par un maquillage appuyé, fait de liner noir et de fard à paupière intensément violet.

La vie d’Elizabeth Taylor ne fut certes pas un long fleuve tranquille mais le moins que l’on puisse dire est que l’actrice aura vécu à fond jusqu’à son dernier souffle ne laissant tomber aucune miette de ce que le destin mettait sur sa route. « Je suis heureuse d’avoir traversé des orages », disait-elle, « Le pire dans la vie, c’est de rester anesthésié ». Reconnaissant aussi avoir été très gâtée par le sort : « Il n’y pas que l’argent dans ma vie. Heureusement il y a aussi les bijoux et les fourrures », aimait elle à dire avec espièglerie.

Chez Loop Me, on a quand même envie de conclure sur un ton un peu plus mainstream en ajoutant qu’il y a aussi les ceintures : que l’on soit un homme ou une femme, une ceinture peut aussi efficacement qu’un bijou mais pour un prix plus accessible, signer votre allure et affirmer votre style. Et si à votre tour vous voulez apparaitre comme une star non aux yeux violets, mais à la ceinture violette, nous avons ce qu’il vous faut. Notre gamme comprend deux ceintures avec des nuances de violet : notre ceinture en silicone aubergine, d’un violet foncé et profond, et notre ceinture prune, d’un violet plus clair, plus lumineux, plus osé aussi.

2 - Prince et Purple Rain, ou comment la couleur violet devint l’ADN d’une légende de la Pop

Prince, c’est Purple Rain et Purple Rain, c’est Prince.

En effet cette ballade incroyablement longue (elle dure huit minutes ! Bohemian Rhapsody, tube de Freddie Mercury datant de 1975, avait défrayé la chronique alors que la chanson ne ne dépassait pas les six minutes, c’est dire...) est liée à jamais au géant de la Pop, restant comme le titre qui marqua le coup d’envoi de la carrière planétaire du jeune chanteur de 26 ans.

En effet, en 1984, Prince jouit d’une certaine notoriété, mais il n’est en aucun cas une superstar. Il a 26 ans et il va alors tomber sur un scenario de film proposé par ses agents et qui va littéralement changer le cours de sa vie. Cette ébauche de film raconte l’histoire d’un jeune garçon qui entretient une relation compliquée avec ses parents. Il n’a qu’une seule passion : la musique, et s’y consacre tout entier. Il monte un groupe et se lance. Ce jeune type en marge, qui lutte pour se faire accepter, finit par mettre toute une ville à ses pieds par le simple pouvoir de sa prestation scénique hors norme.

Cette histoire que Prince découvre, c’est la sienne. Et le Kid du scenario, c’est lui, le Kid de Minneapolis dans le Minnesota. Il va donc s’investir corps et âme pour donner vie à ce film. Prince s’arrogera le rôle principal, et assistera au tournage de la moindre scène, faisant et refaisant les prises jusqu’à l’épuisement. Avec une candeur désarmante, il joue, chante, danse. Cette nouveauté flamboyante plait au public, et le film, comme l’album qui l’accompagne, connaissent aux Etats Unis un succès phénoménal, propulsant Prince au rang de star.

Et en 1985, la chanson Purple Rain, composée pour l’occasion et qui finira même par devenir le nom du film tout entier, se voit récompensée par l’Oscar de la meilleure musique de film. Le titre rentre dans la légende, accédant au Top des charts mondiaux, à côté de ceux de Mickael Jackson ou de George Michael. Et plus tard, le magazine Rolling Stone le classera comme 143ème sur 500 des plus grandes chansons de tous les temps.

Alors ce titre Purple Rain, on en parle ? Prince a toujours eu du violet dans sa vie. Son piano était violet. L’une de ses plus emblématiques tenues de scène (celle aujourd’hui copiée et vendue sur Amazon comme « déguisement de Prince » !) était un costume violet avec une chemise blanche à jabot ouverte. En tournée, on raconte qu’il écrivait ses idées sur une calepin violet. Et cette chanson, Purple Rain...Les interprétations sont allées bon train. Une majorité de ses fans évoque l’attrait de Prince pour l’Apocalypse, le chanteur ayant déclaré : « Quand il y a du sang dans le ciel – rouge et bleu = violet... La pluie pourpre concerne la fin du monde et être avec la personne aimée et laisser sa foi vous guider à travers la pluie pourpre ". Wendy Melvoin – chanteuse et guitariste qui a travaillé avec Prince sur cet album - résuma le titre de la chanson en affirmant qu'il signifie : " Un nouveau départ – pourpre, le ciel à l'aube ; la pluie, l'élément purgeant » . Louis Wells, costumier du film Purple Rain explique le choix de la couleur pourpre au magazine Billboard : " Quand j'ai rencontré Prince en 1981, il avait déjà l'idée de faire un film autobiographique. Il m'a dit qu'il l'appellerait Purple Rain parce que le pourpre était la couleur de la royauté et il se voyait comme un roi de la musique. Ce qu'il était ». A vrai dire, on ne saura jamais, on n’aura jamais le fin mot de l’histoire, si ce n’est que le violet aura bel et bien été la couleur du destin pour Prince.

Il est d’ailleurs intéressant d’apprendre que la très célèbre entreprise américaine : Pantone Color Institute, décida après la mort du chanteur de créer une nuance en son honneur. «Love Symbol #2», comme l’un des noms de scène de l’artiste avec « Prince ». Voilà donc un pourpre emblématique du Kid de Minneapolis, désormais inscrit dans le catalogue de Pantone ! Une teinte bien particulière, celle recouvrant son piano Yamaha fait sur mesure, et sur lequel Prince aurait dû jouer lors de sa dernière tournée, en 2016.

«Ce fut un honneur d'avoir participé à la création de Love Symbol #2, une teinte de violet inédite et originale, en mémoire de Prince que l'on surnommait "l'être de violet ». Il était une icône musicale connue pour son génie artistique et Love Symbole #2 est emblématique du style très particulier de Prince.» a déclaré Laurie Pressman, la vice-présidente du Pantone Color Institute, dans un communiqué.

Une démarche que la famille de l’artiste n’a que peu apprécié. La famille du Prince a ainsi entamé, au travers de la société Paisley Park Enterprises, une démarche en justice pour détenir les droits du fameux violet, rapporte ABC. Une demande a également été déposée au Bureau américain des brevets et des marques de commerce, concernant l’usage de la célèbre teinte. Selon les ayants droit, Prince "utilisait le violet comme une partie de son identité depuis 1984, année de sortie de Purple Rain." Avec cette démarche, ils veulent en effet s'assurer que l'héritage de Prince reste intact et qu'aucun artiste n'utilise le violet comme signe distinctif.

Androgyne, flashy, extravagant, sexy, et ...violet ! Voilà donc autant d’adjectifs pour décrire le style si particulier du chanteur Prince. Un trait de khôl pour souligner le regard, chemises à col jabot, chemises échancrées, manches amples, bottes à talons, bijoux en or, cuissardes, Prince a joué les caméléons tout au long de sa carrière. Il aimait les couleurs flashy et jouer sur la notion de genre, avec des looks parfois androgynes, toujours extravagants et originaux, et surtout hyper sexy. Prince était une icône de la mode.

Chez Loop Me, nous aurions aimé l’habiller, et lui proposer l’une de nos ceintures en silicone colorée, en violet évidemment. Nous en avons deux dans notre gamme, l’une foncée dite violet aubergine, et l’autre plus vive dit prune. Connaissant le goût de Prince pour la nouveauté, les vêtements colorés et aussi les looks caméléons, il y a fort à parier qu’il les aurait appréciées, nos ceintures en silicone, totalement mixtes, totalement interchangeables avec leurs sangles, leurs boucles et leurs passants au mille couleurs, amovibles à l’envie et à l’excès. Il aimait les accessoires chic et choc, il aurait été servi.

3 - Jimi Hendrix, l’artiste qui parlait en couleurs

Il se trouve qu’un autre géant de la musique avait auparavant bâti sa légende sur un titre évoquant la couleur violet ! Avant Purple Rain, figurez vous, Jimi Hendrix avait déjà offert au monde son Purple Haze, un autre titre faisant figure de manifeste dans le monde de la musique.

Le 26 décembre 1966, Hendrix -qui vient de monter son groupe « The Jimi Hendrix Experience » - compose Purple Haze dans les coulisses d’une boite de nuit londonienne. L’un des membres du Trio, Chas Chandler, comprend aussitôt que l'Experience tient là un tube en puissance. Et les faits lui donnent rapidement raison : le titre rentre dans les charts dès le 23 mars et culmine même à la troisième place. Au-delà du succès commercial, Purple Haze est avant tout une réussite artistique majeure : Hendrix n'est pas seulement le meilleur instrumentiste de la musique rock, il est aussi un compositeur original dont les conceptions sont révolutionnaires. Hendrix n'a pourtant ni l'inventivité mélodique des Beatles, ni la maîtrise harmonique de John Coltrane, mais dès son deuxième single, il crée un univers musical dépassant ses influences, univers dont la singularité est renforcée par sa maîtrise du studio et des effets. Purple Haze ne ressemble à rien de ce qui a été fait auparavant, c’est indiscutable.

Alors là encore, pourquoi le titre de "Purple Haze » ? Certains Hippies y voient un hymne à la marijuana, la Purple Haze étant une variété de cannabis de couleur pourpre. Jimi, lui, affirma : « L'idée venait d'un rêve que j'avais fait, dans lequel je marchais sous la mer. C'était en rapport avec une histoire que j'avais lue dans un magazine de science fiction ». Cette histoire était l'œuvre de Philip Jose Farmer, dans la série mettant en scène le détective Harold Childe. Il faut dire que le dieu des guitaristes était un grand lecteur de bandes dessinées...

Eddie Kramer, son fidèle ingénieur du son et producteur, témoignait ainsi dans une interview donnée à Konbini : « Beaucoup de gens le considèrent comme le meilleur guitariste du monde, mais peu parlent de son talent d’écriture. Et c’est dommage, car ses paroles sont très importantes (...) Ses paroles sont inspirées de ses lectures. Il lisait beaucoup : des BD, de la science-fiction, de la fantaisie, des romans (...) C’est incroyable qu’il ait pu écrire des chansons si belles en si peu de temps. Elles font référence à des représentations différentes de l’amour, à des mondes imaginaires... Et son utilisation des couleurs, comme dans "Purple Haze" – qui était évidemment une référence à l’acide, ou une autre drogue dans le même genre. Il était le leader de ce mouvement inspiré de l’imaginaire. C’était très cinématographique pour l’époque ».

Voilà, Jimi Hendrix avait un monde imaginaire foisonnant, faits de multiples couleurs. Eddie Kramer raconte aussi cette anecdote très signifiante : le chanteur -assez hermétique à la technologie et à ses techniques - donnait ses instructions à travers un code couleur. « Oh oui, il aimait parler des sons comme des couleurs. Il me disait un truc du genre "Mec, donne-moi du vert !", et je savais que "vert" voulait dire une réverb. Le rouge ou le violet renvoyaient à une distorsion, le marron était encore autre chose ».

Associer la vie et ses multiples événements, épisodes et émotions, à des couleurs, c’est tellement Loop Me ! Nous aussi nous pensons que les couleurs, parfois mieux que les mots et les longs discours, peuvent permettre de communiquer, de passer un message, de dire quelque chose de profond que l’on n’oserait (ou ne saurait) dire autrement qu’en images. Nous aussi, comme Hendrix, nous aimerions parfois que le monde et les gens donnent moins d’ordres et assènent moins de vérités et transmettent davantage d’émotions. C’est en tous cas que nous avions en tête en créant notre collection de ceintures en silicone colorée, à intervertir et à moduler selon nos humeurs, nos envies, nos tenues...

Les couleurs, Hendrix les aimait toutes visiblement, avec une prédilection toutefois pour certaines comme le violet de la chanson qui le rendit célèbre. Alors à n’en point douter, l’auteur de Purple Haze aurait certainement opté pour nos ceintures en silicone aux nuances violettes. Et puis selon le tempo de sa musique et de la scène, il aurait pu dire à son costumier comme il le faisait avec son ingénieur du son : « envoie une ceinture jaune, non une verte, ou une bleue, ou une rouge »... Cette liberté de jouer des couleurs jusque dans les accessoires de ses tenues de scène, Loop Me aurait pu la lui offrir !

En conclusion : en matière de couleurs, gardons nous des jugements hâtifs, la plus belle c’est la vôtre !

Pour terminer et conclure cet article dont le thème est encore, in fine, de défendre la liberté de chacun d’avoir ses propres goûts, nous aimerions à la façon de Jimi Hendrix, terminer par une image.

Celle du défilé Jacquemus en Juin 2019.

Un champ de lavande à perte de vue, d’un violet parme intense, quelque part entre le Luberon et les Alpes-de-Haute-Provence.
Le traversant : un interminable tapis rose, d’un rose pétard, déroulé au milieu des lavandes pour l’occasion, sur lequel défilent les mannequins présentant la nouvelle collection appelée « Le coup de soleil ».
Le tout face à des invités émerveillés. Subjugués. Un parterre de journalistes, influenceurs, artistes qui subitement n’ont plus rien trouvé à redire au violet.

Pourtant, l’alliance du violet avec du rose, qui plus est très vif, n’est ce pas le fashion faux pas par excellence? Au mieux on vous aurait dit avant cela que c’était laid, au pire on vous aurait dit que c’était le duo des boudoirs, des tripots, de l’érotisme dans sa dimension la plus dégradante...

Mais là, en pleine nature, dans ce décor paradisiaque que la nature seule est capable de produire, que pouvait-on trouver à redire ? Pour nous, chez Loop Me, ce défilé sonna comme une déclaration de mode. Un hymne à lui seul à l’usage des couleurs dans la mode. Une manière de dire qu’avec la couleur, les couleurs, tout est possible tant que cela vient du coeur, des tripes, que cela parle à l’âme avant de parler à l’intelligence.

Avec Jacquemus, nous avons envie de le crier au monde entier : osez vos couleurs! Pour votre ceinture, optez pour une ceinture personnalisable Loop Me. Composez vous mêmes votre ceinture personnalisée, à votre taille et à votre goût. L’artiste, c’est vous ! Rien n’est impossible, « sky is the limit » en matière de couleurs ! Et si votre ciel est violet, alors banco, foncez sur nos ceintures violettes !

À composer soi-même selon ses envies

Choisir la taille de sa ceinture

INSCRIVEZ VOUS

Pour être informés du lancement du site

et bénéficiez de l’offre de lancement*

*pour les 100 premiers inscrits

  • Facebook Ceinture Loop Me
  • Instagram Ceinture Loop Me