Tout ce qui nous rend heureux quand on porte une ceinture rose

Un champ de lavande traversé par un long tapis de moquette rose...sur lequel défilent des mannequins elles-mêmes toutes vêtues de rose... Ces images ne vous rappellent-elles pas quelque chose? Oui, c’est cela, bonne réponse là-bas à droite ! Il s’agit bien du dernier défilé de Simon Porte Jacquemus, dit Jacquemus tout court, qui a littéralement affolé les réseaux sociaux.
Alors, et si maintenant la couleur des couleurs, c’était justement le rose?
Chez Loop Me, ça nous plairait bien en réalité que notre meilleure vente soit une ceinture rose et voici pourquoi !

Le rose est une couleur « warrior »

Le rose a dû se battre pour exister.
Figurez-vous que pendant des lustres, la couleur rose n’existait même pas comme « couleur » en tant que telle, dans ce qu’on appellerait de nos jours un dictionnaire. On ne le considérait que comme une « nuance de rouge », tout comme le « vert clair » est une nuance de vert. Bref, le rose était considéré comme un dérivé, une déclinaison, un truc secondaire au rouge pour résumer.
On constata ensuite une petite amélioration au fil des siècles, avec quelques écrits poétiques évoquant la « couleur de rose », la fleur donc. Mais là encore, on évoquait la couleur indirectement par le biais de la fleur en question, et en prime sans grande pertinence puisque -faut-il le préciser?- les roses les plus célèbres sont soit la blanche soit la rouge vermeille, pas grand chose à avoir avec notre rose à nous.
Il faudra en réalité attendre le XIXème siècle pour que le « rose » soit pleinement considéré comme une couleur à part entière. Et décroche le saint Graal : son chapitre consacré dans le traité de l’érudit Portal : « Des couleurs symboliques ».
Alors chez Loop Me, les accouchements dans la douleur, on connaît. Nous aussi, nous avons dû franchir bien des obstacles avant de parvenir à développer et à lancer nos ceintures en silicone effet velours, un régal pour les yeux et au toucher. Alors une ceinture rose, cela nous représenterait à merveille non?

Le rose, exception précieuse de la langue française

Le saviez-vous? Soyons honnêtes, chez Loop Me, nous l’ignorions et nous l’avons tout récemment appris par hasard en faisant de l’aide aux devoirs de CM2. Bref, passons. En français, les adjectifs de couleur qui proviennent de noms d’objets sont invariables : on dit des « robes marron », et non pas « marronnes ». « Rose » fait partie des rares exceptions à cette règle, au côté des prestigieux « mauve », « fauve », « vermeil », « pourpre » et «écarlate », s’il vous plait mesdames et messieurs , et prend donc un S au pluriel.
On le sait, toutes ces petites règles curieuses font toute la saveur de la langue française. Le Made in France, oui, c’est un trésor de difficultés et de savoir-faire, et c’est cela même qui le rend si unique et désirable. Et ce n’est pas chez Loop Me que l’on vous dira le contraire.
Nos ceintures Loop Me sont fabriquées en France, et nous en sommes fiers -même si cela ne fût pas un long fleuve tranquille. Alors choisir comme ceintures emblématiques nos deux ceintures roses avec un S, cela pourrait être un joli clin d’oeil non?

Le rose n’est pas que la couleur des filles, sachez-le !

S’il faut bien avouer une chose, c’est que tout aura été fait pour nous convaincre que le rose est la couleur du féminin. Avec comme symbole de tout cela le fameux trousseau de naissance avec sa layette rose pour les bébés filles et bleu pour les bébés garçons.
Mais en réalité, que nenni ! Allez, faisons une petite retrospective hâtive de la « gentrification » de la layette au cours des siècles pour ouvrir les yeux sur ce qui pourrait être l’une des grosses impostures de l’humanité.

Jusqu’au Moyen- ge, sachez que la layette des bébés était la même pour tous les bébés. C’était tout bonnement des habits bariolés, généralement cousus avec les reprises et les chutes des vêtements d’adultes. Les premiers trousseaux spécifiques pour bébés datent du XII ème et manque de bol, le bleu -rappelant les habits de la Vierge Marie- c’était pour les filles ! Tandis que le rose, considéré comme un rouge pâle viril (évoquant le sang qui coulent dans nos veines) était l’apanage des garçons. Vous ne vous y attendiez pas, avouez-le ?! Ceci ne concernait de toutes façons que les nourrissons parce qu’ensuite, dès que les enfants étaient en âge de se tenir assis et de marcher (et donc de se salir), on ne les habillait plus qu’en linge blanc uni, facile à faire bouillir et à « ravoir » pour utiliser une expression de nos (grand-) mères. Le blanc, rendu éclatant par l’usage d’azurants, prouvait la propreté de l’enfant ; et la chimie à cette époque ne savait pas encore fabriquer de roses ou de bleus dits « grand teint », résistants au lavage. Ce qui avait le mérite de clore le débat.

A vrai dire, c’est aux Américains dans les années 1930 que l’on doit l’avènement de la layette pour filles en rose, et pour garçons en bleu. Et de la même façon qu’on leur doit le Père Noël pour des raisons basiquement commerciales, nous leur devons aussi la codification colorielle filles/garçons, toujours pour les mêmes raisons mercantiles. Dire que le rose, c’était pour les filles et le bleu pour les garçons, c’était une arme commerciale redoutable pour obliger les parents à acheter tout en double, là ou auparavant vêtements comme jouets se transmettaient dans la fratrie.
Dans ce contexte, et comme la volonté de Loop Me est d’être une marque de ceintures qui ont du sens et qui font du sens, tout naturellement vous comprendrez que nous ferons tout pour nous opposer à ces schémas Marketing que l’on tente de nous imposer. Non il n’existe pas de manuel pour guider les bons ou les mauvais choix de couleurs ; non, il n’y a pas de « do » and « don’t » comme le disent les Anglo-saxons. La meilleure couleur est celle que vous aimez, point à la ligne.
Et donc, camarades #loopers du monde entier, unissez vous et résistez : que vous soyez homme ou femme, si c’est la ceinture rose que vous préférez, portez-la sans honte et soyez-en fiers. Et rappelez vous qu’en Italie, le premier cycliste au classement général du Tour d’Italie, porte un maillot rose. Alors si les Italiens en ont fait la couleur du champion, pourquoi pas vous?

Le rose est une couleur qui a su triompher de tous les stéréotypes

En effet Dieu merci, ils sont révolus les temps où le rose était cantonné à l’univers féminin, dans sa dimension souvent la plus « frivole » va-t-on dire...
Longtemps, le rose évoqua ainsi en vrac :

  • - Madame de Pompadour et ses toilettes affriolantes à la Cour de Louis XV
  • - La reine Marie Antoinette qui en était tellement folle qu’elle et ses dames de compagnie l’adoptèrent quasiment comme uniforme, ou que la reine en re-tapissa entièrement le Petit Trianon et fit même teindre certains de ses moutons (véridique...ceci dit, on sait tous où ces excès la menèrent, elle aurait donc mieux fait de s’abstenir sur ce coup-là)
  • - La poupée Barbie (encore une invention de nos amis d’Outre-Manche...)

Bref tout un monde de frivolité et de légèreté pour faire simple, quand ce n’était pas pire...avec l’évocation de la sexualité dans sa dimension la moins noble...
Car oui, le rose c’est aussi un peu, parfois, la couleur tabou : celle du scandale dit des «ballets roses » en 1959, sombre affaire de pédophilie dans l’univers du spectacle ; celle des « déviances » sexuelles (ou considérées comme telles) avec les termes de « minitel rose », « messagerie rose », du symbole du « carré rose » indiquant qu’un film est pudiquement réservé aux adultes...
Aujourd’hui, ouf ouf ouf, ces évocations limitantes appartiennent au passé. Et plus rien ne vient aujourd’hui entâcher la réputation du rose. « Tout le monde se l’est approprié et c’est tant mieux » note la directrice d’un cabinet de tendances à son nom, Alexandra Jublé.
Les hommes y sont passés et l’assument parfaitement. Derniers exemples illustrant avec brio cette révolution rose dans la gent masculine : les crampons Adidas Predator roses du footballer Paul Pogba ; le smoking rose de Jay-Z porté lors d’un concert avec Beyoncé ou encore et surtout le rappeur star Harlem Cam’ron dans son ensemble.
Harlem Cam’ron est aujourd’hui mondialement connu pour sa musique mais au-delà de cela parce qu’il a largement contribué à incarner en quelque sorte une forme vivante de la « culture Hip Hop ». Adepte du rose, il en avait fait sa couleur officielle constatant combien elle lui permettait de « stand out » en version originale, càd de se faire remarquer, se distinguer, émerger en quelque sorte. Il aimait raconter que sa première apparition remarquée à une Fashion Week habillé en rose avait « changé sa vie à jamais ». Sa vie était ainsi passée en total look rose, jusqu’à sa voiture, une énorme Range Rover, ou encore avec son énorme blouson de fourrure rose. Il signa même une collaboration avec Reebok pour une ligne de baskets roses qui lui étaient consacrées : les Ventilator Supremes, ré-éditées par deux fois et systématiquement en rupture de stocks immédiate.
Alors chez Loop Me, nous avons nous aussi décidé de faire du rose une couleur iconique, en proposant deux ceintures roses dans notre gamme, l’une rose clair, et l’autre dans un rose plus intense, destinées autant aux hommes qu’aux femmes. C’est dit !

Le rose est une couleur militante et engagée

« Le rose est la seule vraie couleur du Rock’n’Roll » affirma Paul Simon, bassiste du groupe Punk « The Clash », genre musical qui fit du rose sa couleur, un emblème de contre-culture.
Ainsi cette couleur, longtemps considérée « girly », est devenue lors des dernières décennies un symbole d’émancipation puissant. Qu’on se souvienne des « Pussy Hats » ces bonnets aux oreilles de chatte, portés par les manifestantes Anti-Trump lors des Women’s March aux Etats- Unis. Ou encore du Gulabi Gang, ces militantes indiennes en sari rose luttant contre les violences faites aux femmes dans leur pays. Et plus récemment, lors de la Coupe du Monde de football féminine, de la chevelure rose de Megan Rapinoe, joueuse de football internationale aux multiples titres, sportive engagée et militante active en faveur d’un monde plus inclusif, laissant davantage de place aux différences, sous toutes leurs formes, et porte-parole -entre autres- de la communauté lesbienne américaine.
Alors vous l’avez compris : aujourd’hui celui qui ose, c’est celui qui est en rose. Et la ceinture en silicone rose Loop Me pourrait bien être la solution idéale pour militer, simplement et efficacement, sans changer votre garde robe ni votre style en général.

Et surtout, le rose n’en finit pas de nous charmer

Comme l’explique Jean-Gabriel Causse, membre du Comité français de la couleur et de « L’étonnant Pouvoir des couleurs » : « Le rose est le symbole de l’optimisme, de la gaieté. D’ailleurs, des recherches en neurosciences ont prouvé que la vue de cette teinte activait la même zone du cerveau que les images de bonheur ».
Et dans notre époque marquée par les crises et les incertitudes en tous genres, un shot de positif, ça ne se refuse pas.
Désormais impossible de passer à côté de cette couleur qui n’est plus juste appelée « rose » mais « millenium pink » comme incarnant à elle seule une époque et une génération, ayant soif de plus d’égalité, d’ouverture et de bienveillance. Le rose est à ce jour la couleur la plus postée et likée sur les réseaux sociaux -et particulièrement sur le puissant Instagram. Le rose apaise, le rose rassure, le rose crée l’adhésion.
Et outre la bonne humeur qu’il véhicule, l’autre qualité majeure du rose sous toutes ses formes : qu’il tire vers le poudré ou vers le barbapapa, le fluo, le fuchsia, ou le vieux-rose, c’est de se marier avec tout, en toute joyeuseté. Avec du blanc, il sera preppy à souhait ; avec du vert d’eau il vous emportera illico dans des contrées exotiques. Avec du bleu, il sera saisissant et avec du noir hypnotique. Il brille de mille feux en été : avec les glaces à la fraise, les bouées licornes, les fleurs dans les cheveux et les massifs de bougainvilliers. Et en hiver, il viendra nous rappeler les souvenirs de l’été dernier et nous rassurer sur le fait que bientôt un nouvel été arrivera.
Ainsi, voit-on une vague de rose déferler dans tous les domaines. Jugez ainsi : le tout Londres s’empresse à la pizzeria Humble, couleur bubble-gum du sol au plafond et à New York c’est chez Pietro Nolita que tout est rose du sol à l’assiette ; Starbucks lance une nouvelle boisson à la mangue et au fruit du dragon, le Mango DragonFruit Refresher, proclamée « boisson la plus instagrammable de l’été" en raison de sa couleur fuschia.
La psychologue Daniela Späth, qui étudie l’influence des couleurs sur l’organisme humain, est même allée encore plus loin. Elle a ainsi mis au point une couleur dite « Rose calmant » (Cool Down Pink) pour apaiser les détenus les plus violents en prison, placés à l’isolement . Ce rose aurait un effet hypotenseur sur les détenus les plus agités. Au cours des dernières années, quatre cellules de la prison de Pfäffikon, dans le canton de Zurich en Suisse, ont été peintes en “Cool Down Pink” et selon le directeur de la prison, « le comportement agressif des prisonniers placés dans ces cellules aurait diminué de manière significative durant la période en question ». Les cellules roses ont par la suite été testées dans d’autres prisons en Suisse et en Allemagne. Toutefois, ces expériences ont finalement été remises en question et stoppées pour la plupart mais cela prouve bien que le rose pourrait bien avoir -dans le domaine du raisonnable, soyons clairs, une certaine forme de pouvoir magique...
Alors qu’attendons nous pour passer tous à la Happy Therapy. Adieu le grog (trop alcoolisé?), les huiles essentielles (trop allergènes?), la cigarette (trop nocive?), et place à la ceinture en silicone rose pour une vie plus zen?

Comme eux, faites du rose votre couleur iconique

Jackie Kennedy.
Brigitte Bardot.
Barbara Cartland, qui est connue pour son usage illimité du rose : dans sa garde-robe, son maquillage la décoration de sa maison... La reine d’Angleterre, qui depuis plus de trente ans porte toujours le même vernis à ongle : le « Ballet Slippers » d’Essie...
Ray Sugar Robinson, l’un des plus grands boxers de tous les temps, qui roulait dans une Cadillac rose qu'il pouvait laisser ouverte dans n'importe quel quartier de New York à toute heure de la nuit, personne n'imaginant un seul instant voler la belle Américaine...
Tous ont pour point commun d’avoir aimé le rose jusqu’à plus soif.
Alors qu’attendez-vous? Faites comme eux, composez une ceinture en silicone Loop Me sur mesure avec une sangle et des passants roses, et à votre tour « Think different, think Pink ».

À composer soi-même selon ses envies

Choisir la taille de sa ceinture

INSCRIVEZ VOUS

Pour être informés du lancement du site

et bénéficiez de l’offre de lancement*

*pour les 100 premiers inscrits

  • Facebook Ceinture Loop Me
  • Instagram Ceinture Loop Me